NOUVELLES

Sécession d'un quartier de la Rive-Sud: le maire mécontent

07/05/2014 10:37 EDT | Actualisé 13/05/2014 06:58 EDT
Thomas Gerbet

Les résidents d'un quartier de Carignan demandent leur rattachement à la ville voisine de Saint-Bruno. Les élus de cette dernière sont d'accord et s'apprêtent à décréter l'annexion du secteur résidentiel lors du prochain conseil municipal. Le maire de Carignan accueille la nouvelle comme un coup de bâton derrière la tête.

Un texte de Thomas Gerbet

« C'est comme une mère qui perd un de ses enfants ». Le maire de Carignan, René Fournier, n'en revient toujours pas. Une partie de sa municipalité s'apprête à être transférée à une autre ville sans qu'il ait le pouvoir suffisant pour l'empêcher.

Le conseil municipal de Saint-Bruno a reçu, lundi soir, une pétition en faveur de la sécession, signée par la grande majorité des résidents du quartier « Carignan sur le golf ». Le conseil soutient l'initiative et votera en faveur d'un décret d'annexion le 12 mai.

« C'est comme si Westmount disait qu'elle veut se séparer du Québec. Est-ce que ça se fait comme ça? Est-ce qu'une rue peut dire : je me sépare d'une ville? Surprenant. »

— René Fournier, maire de Carignan

Le maire de Carignan l'ignorait, mais au Québec, une ville peut bel et bien annexer une partie de sa voisine. La pratique est autorisée et encadrée par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire.

Un quartier enclavé

C'est le transfert de leurs enfants d'une école de Saint-Bruno à une école de Carignan qui a convaincu Sophie Bergeron et Jessica Leclerc de sillonner les rues de leur quartier pour recueillir des signatures. « Avant, mon enfant mettait 10 minutes pour aller à l'école, il en met maintenant 40 ».

Carte de Carignan

 Photo :  Google map

Le quartier « Carignan sur le golf » est collé à Saint-Bruno, mais à plus de 10 kilomètres du reste de la ville de Carignan. « Si on veut aller à Carignan, on doit passer Saint-Bruno, ensuite par Saint-Hubert, et enfin on arrive à Carignan », explique Sophie Bergeron.

« On vit à Saint-Bruno. On se sent vraiment résidents de cette ville. On fait notre épicerie à Saint-Bruno, les loisirs sont à Saint-Bruno, le dentiste, le médecin, le coiffeur... »

— Sophie Bergeron, mère de famille, sécessionniste

« À Carignan, il n'y a pas de bibliothèque, pas de piscine, pas d'aréna », se plaint Jessica Leclerc, qui réside elle aussi dans ce quartier cossu. « Mon garçon voudrait jouer au hockey, mais il ne peut pas à Saint-Bruno car la demande est trop élevée et les gens de l'extérieur passent après les résidents ». La Ville de Saint-Bruno fournit également les services d'égouts et d'aqueduc au quartier. Carignan lui rembourse les frais engagés.

Processus d'annexion

Les instigatrices de la pétition ont pu visiter 98 des 122 résidences du quartier lors de leur porte-à-porte. Elles ont recueilli 165 signatures en faveur de la sécession. Seules quatre personnes étaient indécises et trois étaient opposées au projet.

Une fois le processus d'annexion lancé, la Ville de Carignan aura 30 jours pour l'approuver ou s'y opposer. Un référendum pourrait éventuellement être organisé dans le quartier. Le dernier mot reviendra au ministère des Affaires municipales.

Taxes municipales

Les citoyens du quartier ne cherchent pas à payer moins de taxes en quittant Carignan. En fait, ils évaluent qu'ils en paieront plus à Saint-Bruno, entre 45 $ et 200 $ par résidence.

Le maire de Saint-Bruno, lui, assure qu'il ne cherche pas à affaiblir sa voisine pour augmenter les revenus de sa municipalité de plusieurs centaines de milliers de dollars.

« Cet apport financier n'est pas négligeable, mais ce n'est pas un argument important pour nous. Saint-Bruno est quand même une Ville assez riche (...). On ne force personne. On ne fait que recevoir cette demande tout à fait légitime des citoyens »

— Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville

Le maire de Carignan compte s'adresser à la population du quartier sous peu : « Je comprends quand même certaines de leurs frustrations ». Sa ville est éclatée en plusieurs quartiers éloignés les uns des autres et il craint que d'autres secteurs se lancent dans le même processus.

Population

Carignan 7960

Saint-Bruno-de-Montarville 25 690

INOLTRE SU HUFFPOST

Taux de croissance des principales villes au Québec