NOUVELLES

La Chine annonce le premier décès dû à la grippe aviaire H5N6

07/05/2014 01:59 EDT | Actualisé 06/07/2014 05:12 EDT

Un Chinois de 49 ans est mort d'une grippe aviaire de type H5N6 et ce décès pourrait être le premier dans le monde provoqué par ce nouveau sous-type de virus grippal, ont rapporté mercredi médias officiels et experts.

Des analyses ont montré que l'homme, originaire de Nanchong, dans la province du Sichuan (sud-ouest), avait contracté le virus, ont annoncé les autorités médicales locales, citées par l'agence Chine nouvelle.

Le patient avait été exposé à des carcasses de volailles. Dans un premier temps, les médecins avaient diagnostiqué une pneumonie. Selon les autorités, aucun de ses proches et personnes en contact avec lui n'a montré de symptômes de la maladie.

Les experts estiment que cette infection est un cas isolé et que le risque de transmission est faible, a ajouté Chine nouvelle.

"A notre connaissance, il s'agit du premier cas d'humain atteint par le virus H5N6", a indiqué sur son site internet ProMED-mail, système de recensement mis en place par la Société internationale des maladies infectieuses, dont le siège est aux Etats-Unis.

Cette souche virale avait été utilisée initialement pour vacciner des volailles, et avait été ensuite repérée dans des oiseaux migratoires de passage à Taiwan, a rappelé cet organisme de référence.

D'après le Centre taïwanais de contrôle des maladies, le H5N6 avait été auparavant détecté en milieu naturel en Allemagne, en Suède et aux Etats-Unis.

La Chine est fortement touchée par la grippe aviaire de type H7N9, avec 250 cas d'infection et 96 décès sur les trois premiers mois de l'année, selon les autorités sanitaires chinoises.

Le H7N9 --qui s'y est répandu à partir du début 2013 et a connu une forte résurgence durant l'hiver -- avait infecté l'an dernier en Chine quelque 140 personnes, faisant au moins 46 morts selon des bilans officiels.

Les scientifiques redoutent qu'une mutation d'une des souches virales de la grippe aviaire favorise des contaminations d'homme à homme et provoque une pandémie. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), aucune transmission de ce type n'a été prouvée jusqu'à présent.

wf-jug/ple/jh

PLUS:hp