NOUVELLES

JO - Fort d'un contrat multimilliardaire avec NBC, le CIO ignore la crise

07/05/2014 02:30 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Le CIO a signé mercredi un contrat de 7,65 milliards de dollars (5,5 milliards d'euros) avec le réseau NBCUniversal pour l'exclusivité des droits de diffusion aux Etats-Unis des jeux Olympiques jusqu'en 2032, ce qui assure au sport olympique de très beaux lendemains.

La chaîne américaine NBC, qui a retransmis toutes les éditions des Jeux depuis ceux de Tokyo en 1964, a prolongé ainsi son partenariat avant même de savoir où se tiendraient les 6 éditions des Jeux et celles des Jeux olympiques de la Jeunesse durant la période du contrat.

Elle avait déjà payé en 2011 la somme record de 4,38 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros) pour s'assurer l'exclusivité sur le territoire américain des jeux Olympiques de 2014 (Sotchi), 2016 (Rio de Janeiro), 2018 (PyeongChang) et 2020 (Tokyo).

Avec ce nouvel accord, qui court de 2021 à 2032, le réseau a "acquis les droits de diffusion sur toutes les plateformes médias, y compris les chaînes de télévision gratuites, les chaînes payantes, internet et les supports mobiles", a précisé le CIO.

Le contrat inclut en outre une prime à la signature de 100 millions de dollars (72 millions d'euros), selon le CIO.

"C'est un jour heureux pour l'ensemble du mouvement olympique", s'est félicité son président, Thomas Bach, lors d'une conférence de presse téléphonique, quelques heures après avoir paraphé l'accord.

"Nous savons qu'avec un accord de long terme, les jeux Olympiques, les valeurs olympiques sont entre de bonnes mains", a estimé l'avocat d'affaires allemand, mettant en avant la grande expertise de NBC.

C'est un jour heureux aussi selon lui car "il assure l'importante stabilité et sécurité financière des jeux Olympiques".

- Londres, un record -

Le CIO, qui ne garde que 10% des recettes tirées des droits de diffusion et de marketing des JO, n'était déjà pas à plaindre. Il disposait de 901 millions de dollars en caisse fin 2012, de quoi survivre sans mal à l'annulation d'une édition des Jeux.

Les 90% restants sont versés aux fédérations internationales sportives, aux 204 comités nationaux olympiques, et aux comités d'organisation des jeux Olympiques, qui peuvent aussi se frotter les mains.

"Nous sommes très fiers de cette impressionnante extension", a souligné pour sa part Brian Roberts, Pdg du groupe Comcast Corporation, propriétaire du réseau NBCU.

Les audiences records enregistrées par la chaîne durant les derniers Jeux d'été à Londres en 2012 et d'hiver à Sotchi en 2014 ont incité les dirigeants du réseau à prolonger.

Avec 219,4 millions de spectacteurs, les JO de Londres ont ainsi été "l'événement télévisé le plus regardé de l'histoire des Etats-Unis", selon NBC. A elle seule, la cérémonie de clôture avait été suivie en moyenne par 31 millions de téléspectateurs.

"C'est l'un des jours les plus importants de l'histoire de NBCUniversal. Les Jeux Olympiques sont indissociables de notre entreprise", a souligné dans un communiqué Steve Burke, le Pdg du conglomérat américain né de l'intégration au groupe NBC des activités de Vivendi Universal Entertainment, pour qui les JO sont "un événement rentable et populaire".

Un tel soutien financier pourrait inciter les villes à postuler à l'organisation des Jeux plus facilement, et encourager de fait une candidature américaine.

stp/gv

PLUS:hp