POLITIQUE

Adolescentes enlevées au Nigeria: le Canada fournira de l'équipement de surveillance

07/05/2014 05:56 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Fahima Abdi of Somalia, from left, and Sadiyah Bashir, join a rally in front of the Nigerian embassy in northwest Washington, Tuesday, May 6, 2014, protesting the kidnapping of nearly 300 teenage schoolgirls, abducted from a school in the remote northeast of Nigeria three weeks ago. (AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

OTTAWA - Le Canada fournira de l'équipement de surveillance pour aider le Nigeria à retrouver des centaines d'adolescentes nigérianes enlevées par des islamistes radicaux, a confirmé mercredi le gouvernement Harper.

Jason MacDonald, porte-parole du premier ministre Stephen Harper, a indiqué par courriel que le Canada fournirait de l'équipement de surveillance et l'«expertise» pour en faire usage.

En réponse à une question du Nouveau Parti démocratique (NPD), mercredi, à la Chambre des communes, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a indiqué que le Canada avait offert son aide au gouvernement du Nigeria.

M. Baird a ajouté qu'il n'y aurait pas d'envoi d'équipement militaire sans que soit aussi dépêché sur place le personnel militaire canadien pouvant le faire fonctionner, évoquant des inquiétudes sur le respect des droits de la personne au Nigeria.

Le gouvernement du Nigeria tente de retrouver les quelque 300 jeunes filles enlevées dans leur école du nord-est du pays à la mi-avril par un groupe extrémiste qui menace de les vendre. Le groupe islamiste Boko Haram — dont le nom signifie «l'éducation occidentale est un péché» — a revendiqué l'enlèvement des adolescentes dans une vidéo diffusée lundi.

Le NPD a aussi appelé, par la voix de son porte-parole en matière d'affaires étrangères, Paul Dewar, à un débat d'urgence aux Communes sur la réponse du Canada aux enlèvements.

«Des centaines de jeunes vies innocentes sont en jeu, de même que l'avenir social et politique d'un pays et d'une région. Les parlementaires doivent avoir l'occasion de discuter d'une réponse canadienne appropriée à cette crise», a écrit M. Dewar dans une lettre au président de la Chambre des communes, Andrew Scheer.

Le vice-président nigérian Namadi Sambo a publié un communiqué, mercredi, au lendemain d'une rencontre avec le ministre du Développement international, Christian Paradis, ont indiqué des médias locaux. Il aurait demandé au Canada de fournir de l'«équipement de surveillance et d'autres matériels de sécurité indispensables» pour aider le Nigeria à combattre le groupe Boko Haram.

M. Harper n'a pas confirmé ces informations en réponse à une question du chef du NPD, Thomas Mulcair, mais il a affirmé que des discussions entre les deux gouvernements avaient eu lieu au Nigeria.

M. Harper a affirmé que son gouvernement s'inquiétait grandement «de la croissance de ce qui est une organisation terroriste très radicale».

Le président Barack Obama avait déclaré, mardi, que les États-Unis feraient tout leur possible pour aider le Nigeria. En entrevue avec le réseau NBC, M. Obama soutenait que retrouver les jeunes filles était la priorité immédiate, en précisant que la lutte contre le groupe Boko Haram arrivait en deuxième.

INOLTRE SU HUFFPOST

kindess random