NOUVELLES

Les maladies chroniques touchent 1 Montréalais sur 3

06/05/2014 02:47 EDT | Actualisé 06/05/2014 02:49 EDT
Getty

La Direction de santé publique de Montréal dresse un portrait en « très haute définition » de la santé des Montréalais. Le premier volet, consacré aux maladies chroniques, est dévoilé aujourd'hui.

On y apprend qu'au moins 1 Montréalais sur 3 est atteint d'une ou plusieurs maladies chroniques. Dans l'ordre, les plus répandues sont l'hypertension, l'asthme, les maladies cardiaques, les troubles de l'humeur (exemple: la dépression), le diabète, les maladies pulmonaires et le cancer.

Cette proportion augmente avec l'âge : plus de la moitié des Montréalais de 55 ans et plus ont au moins une maladie chronique.

C'est dans la Pointe-de-l'Île, à l'est de la métropole, que la population est la plus touchée. Inversement, les territoires centraux des CSSS de la Montagne, du Coeur-de-l'Île et Jeanne-Mance sont un peu moins touchés par rapport à la moyenne.

Ces maladies à l'évolution lente causent 70 % des décès parmi la population montréalaise de 20 ans et plus. D'autre part, comme il n'existe pas de traitements définitifs, les personnes ont besoin de services de santé en continu, pour une longue période.

Or, il existe des liens très clairs entre les conditions sociales, les habitudes de vie et les maladies chroniques.

À noter que les immigrants fument moins et consomment moins d'alcool de manière excessive que les Montréalais nés au Canada. Mais ils consomment moins de fruits et légumes et ont un plus faible niveau d'activité physique.

L'obésité est un facteur de risque majeur qui concerne près 1 adulte sur 6 à Montréal. Les immigrants récents, arrivés dans les dix dernières années, sont moins nombreux à être obèses (10 %), mais les immigrants de longue date le sont dans une proportion de 17 %, ce qui dépasse la moyenne montréalaise (15 %).

Les personnes moins scolarisées, les personnes de milieu défavorisé et les personnes sans emploi sont plus touchées par les maladies chroniques.

L'enquête Topo 2012 de la Direction de santé publique vise à mieux cerner les besoins de la population, selon les différents territoires de l'île. L'accès à un médecin de famille, pour les sous-groupes les plus à risques, est une « cible d'action importante en prévention des maladies chroniques », peut-on lire dans l'enquête.

35 % des Montréalais n'ont pas de médecin de famille. Chez les immigrants récents, arrivés après 2002, la proportion est de 65 %.

Quelque 11 000 personnes de 15 ans et plus ont participé à l'enquête. Plus de 25 indicateurs de santé ont été étudiés.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens