NOUVELLES

Législatives en Egypte: les pro-Moubarak interdits de se présenter en référé

06/05/2014 08:03 EDT | Actualisé 06/07/2014 05:12 EDT

Un tribunal des référés en Egypte a interdit mardi aux cadres de l'ancien parti du président déchu Hosni Moubarak de se présenter aux législatives prévues avant la fin de l'année, selon des sources judiciaires.

L'élection présidentielle, prévue elle les 26 et 27 mai, sera très certainement gagnée, selon les experts unanimes, par l'ex-chef de l'armée et très populaire homme fort de l'Egypte Abdel Fattah al-Sissi, qui a destitué en juillet 2013 le seul président jamais élu démocratiquement dans ce pays, l'islamiste Mohamed Morsi.

Le pouvoir intérimaire qu'il dirige de facto mène depuis une répression implacable et sanglante contre les partisans de M. Morsi et sa confrérie des Frères musulmans, interdite comme l'ex-Parti National Démocratique de Moubarak (PND), et "décrétée organisation terroriste".

Un tribunal des référés du Caire a décidé d'interdire à tous les anciens cadres du PND de se présenter aux législatives, qui auront probablement lieu à l'automne, selon des sources judiciaires concordantes.

Mais le tribunal des référés ne juge pas au fond mais ordonne éventuellement des mesures conservatoires, le fond étant du ressort d'un tribunal ordinaire. La procédure peut cependant prendre des mois voire des années. Par ailleurs, même cette interdiction provisoire peut faire l'objet d'un appel, selon un expert judiciaire.

Ibrahim Mahlab, le Premier ministre de l'actuel gouvernement intérimaire, est lui-même un ancien haut cadre du PND. M. Moubarak a été contraint de quitter le pouvoir début 2011 par une révolte populaire de 18 jours dans la lignée des Printemps arabes.

str-se/gir/sw

PLUS:hp