POLITIQUE
04/05/2014 03:38 EDT | Actualisé 04/07/2014 05:12 EDT

Le pouvoir est monté à la tête du PQ, selon Pierre Curzi

PC

Au moment où les militants du Parti québécois se réunissaient à huis clos pour tirer un premier bilan de leur cuisante défaite électorale, d'anciens poids lourds du parti ont plaidé pour un grand ménage en son sein.

En juin 2011, les députés Louise Beaudoin, Pierre Curzi, Lisette Lapointe et Jean-Martin Aussant avaient claqué la porte du PQ, estimant que le parti devenait trop électoraliste. Aujourd'hui, ils se désolent que le parti ait subi une défaite si cinglante, et croient qu'ils avaient vu juste, il y a trois ans.

« Ce qui s'est passé depuis me confirme que l'analyse n'était pas fausse », affirme Pierre Curzi, en entrevue.

« Ce sont les mêmes [stratèges] qui ont fait la [dernière] campagne que ceux qui nous ont dit de partir », ajoute Lisette Lapointe.

Le pouvoir est monté à la tête du parti, estime Pierre Curzi, ajoutant que le PQ doit maintenant retourner à ses racines afin de se renouveler.

« Il ne faut pas prendre le même groupe et les mêmes stratèges qui nous ont menés au désastre qu'on a vécu [le 7 avril] », plaide Louise Beaudoin.

De son côté, l'ancien premier ministre péquiste Jacques Parizeau a invité samedi la formation politique à se transformer radicalement et à s'engager clairement à réaliser la souveraineté du Québec.

Selon lui, il ne faut pas que la souveraineté du Québec devienne « une sorte de drapeau que l'on agite de temps à autre devant les militants de façon à les garder en appétit et dans les rangs », a-t-il écrit dans sa chronique dans le Journal de Montréal.

Il estime que le parcours pour accéder à l'indépendance demandera « beaucoup de préparation et d'études, d'explications et de promotion », et recommande aux dirigeants et militants du parti de prendre le temps de réfléchir.

Tout comme M. Parizeau, Mme Lapointe souhaite que la souveraineté redevienne une priorité. « Une idée ne meurt jamais. C'est M. Couillard qui l'a dit, celle-là! »

Si Jean-Martin Aussant n'a, lui, pas voulu commenter le bilan du PQ, certains militants aimeraient qu'il se présente à la course à la direction du parti.

M. Aussant avait toutefois écrit, sur son compte Twitter, quelques jours après les élections, que « tout prétendant s'entourant des mêmes éléments qu'un chef déchu [était] voué à la même déchéance ».

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?