DIVERTISSEMENT

Gala Artis: les artistes réagissent aux coupures à Radio-Canada

28/04/2014 12:24 EDT | Actualisé 29/04/2014 01:12 EDT

Les artistes avaient le cœur à la fête au 29e Gala Artis, dimanche, mais personne n’oubliait pour autant le climat difficile qui règne présentement dans les bureaux d’ICI Radio-Canada, où on a annoncé que plus de 650 postes seront coupés au cours des trois prochaines années. Voici les commentaires de quelques personnalités à ce sujet.

Patrice L’Écuyer : «C’est la troisième fois que ça arrive. On est bouleversés, mais je trouve admirable que, jusqu’à maintenant, l’ambiance morose ne se reflète pas sur les plateaux. Mais on est tristes. On se demande si les enfants de nos enfants vont connaître le service public que nous, on a eu la chance de connaître…»

Gino Chouinard : «J’ai plein d’amis qui travaillent à ICI Radio-Canada. De savoir qu’ils risquent de perdre leur job, ça me déçoit. Pour l’instant, la plupart d’entre eux ne sont pas touchés. Ce n’est jamais le fun, de voir des gens perdre leur emploi. Surtout quand c’est dans une sphère d’activités où tu évolues toi aussi. Évidemment, il y a des raisons administratives qu’on connaît mal; il faut couper du budget, et on ne sait pas si les coupures se font aux bonnes places. Je ne pense pas qu’ils vont faire de la moins bonne télé, au contraire, mais il y a des gens qui sont mis à pied, et ça, ce n’est jamais agréable.»

Denis Lévesque: «J’ai déjà travaillé à ICI Radio-Canada, et je sais que c’est insécurisant. Ça fait partie des risques du métier. Ça se passe ainsi sous chaque gouvernement. On en a aussi eu à TVA. C’est difficile, parce que je connais des gens là-bas qui ne sont pas encore certains de garder leur emploi. Ils ne savent pas ce qui va leur arriver. J’ai une pensée pour eux, comme ami et comme collègue de travail.»

Édith Cochrane : «Je pense que les gens à ICI Radio-Canada sont déçus. Ils sont victimes, à mon avis, de coupures injustes. C’est sûr que ça affecte tout le monde. Politiquement, en ce moment, on est dans une atmosphère bien sombre, et je pense que ça s’inscrit dans la même veine que tout le reste.»

Paul Larocque : «C’est toujours dommage… J’espère qu’ils vont arriver à préserver le contenu, les reportages, les journalistes, car c’est ce qui fait le cœur, si on veut, de notre profession. Je leur souhaite bonne chance, et j’espère qu’ils vont préserver l’essentiel.»

Pierre Bruneau : «Personne ne peut être indifférent à ça. Quand on fait un métier comme celui-là, et qu’on voit des coupures ailleurs, on se dit qu’on ne voudrait pas vivre la même chose. C’est cyclique; il se passe des choses partout. Il y a eu les médias écrits, et là, ce sont les médias électroniques. On ne sait pas jusqu’où ça va aller, mais c’est important qu’il y ait des sources d’information partout. Et c’est important, pour nous, d’avoir une compétition solide! C’est ce qu’on peut souhaiter pour le public.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Les gagnants du Gala Artis 2014
Gala Artis 2014: Tapis rouge
Les selfies du Gala Artis 2014