NOUVELLES

L'Irak, un pays riche en pétrole, fragilisé par les violences

27/04/2014 04:08 EDT | Actualisé 26/06/2014 05:12 EDT

L'Irak, qui organise mercredi les premières élections législatives depuis le retrait des troupes américaines fin 2011, figure parmi les principaux pays pétroliers, mais est fragilisé depuis début 2013 par une recrudescence des attentats.

SITUATION GEOGRAPHIQUE: Pays de la péninsule arabique, frontalier de la Turquie, l'Iran, la Syrie, Koweït, la Jordanie et l'Arabie saoudite (438.317 km2).

CAPITALE: Bagdad.

POPULATION: 34,8 millions (Banque mondiale). Les Kurdes (15 à 20%) habitent essentiellement la région autonome du Kurdistan irakien (nord-est).

LANGUE: Arabe et kurde (langues officielles).

RELIGION: L'islam est la religion officielle. 97% de la population est musulmane (chiites 60-65%, sunnites 32-37%). Les chrétiens ne sont pas plus de 400.000 contre plus d'un million avant 2003, soit 3% de la population avec les Yazidis, Sabéens, Chabaks.

HISTOIRE: Ancienne Mésopotamie, l'Irak, parfois appelé "pays des deux fleuves" (le Tigre et l'Euphrate), est créé en 1920 sur les décombres de l'Empire ottoman. D'abord sous mandat britannique, il devient indépendant en 1932. La monarchie est abolie en 1958 lors d'un coup d'Etat militaire, et la République instaurée.

Saddam Hussein, un des hommes forts depuis la prise du pouvoir par le parti Baas en 1968, s'empare de la présidence en 1979.

Le pays est secoué par la guerre avec l'Iran (1980-1988), puis la "guerre du Golfe" (1991) menée par une coalition internationale après l'occupation du Koweït par l'Irak en 1990. En 2003, l'invasion par une coalition américano-britannique met fin au régime de Saddam Hussein. Ce dernier est pendu le 30 décembre 2006.

Après le départ des derniers soldats américains fin 2011, le pays reste plongé dans une grave crise politique, sur fond de violences.

Celles-ci se sont multipliées depuis un peu plus d'un an. Depuis mars 2003, elles ont tué plus de 123.000 civils, selon l'ONG Iraq Body Count.

POLITIQUE: La nouvelle Constitution adoptée par référendum en 2005 instaure une République fédérale. Le Parlement (325 membres actuellement - 328 pour les élections de mercredi), élu au suffrage universel direct, désigne le président.

Le président Jalal Talabani est kurde, le Premier ministre Nouri al-Maliki est chiite et le président du Parlement Oussama al-Noujaifi est sunnite. Sur les 18 gouvernorats, trois se sont regroupés pour former la région autonome du Kurdistan irakien.

ECONOMIE: Membre fondateur de l'Opep, l'Irak a des réserves prouvées de 143,1 milliards de barils de pétrole, et 3.200 milliards de mètres cubes de gaz naturel, parmi les plus importantes au monde.

En février 2014, ses exportations pétrolières se sont établies à 2,8 millions de barils/jour selon le ministère du Pétrole. Les exportations de brut représentent 70% du PIB et 95% des revenus de l'Etat.

En mars 2013, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l'Irak souffrait encore de "graves faiblesses structurelles", notamment un chômage "élevé", un mauvais climat des affaires et un secteur non pétrolier très limité.

+PIB: 221,8 milliards de dollars (Banque mondiale, 2013)

+PIB/h: 6.377 dollars (Banque mondiale, 2013)

+MONNAIE: dinar irakien.

DEFENSE: 271.400 hommes, dont 193.400 pour l'armée de terre, selon l'Institut international des études stratégiques (IISS, 2014). Les forces du ministère de l'Intérieur comptent 531.000 hommes (IISS).

SITES WEB: www.iraqipresidency.net; www.cosit.gov.iq/en/.

doc-lch/bc/acm/cco/faa/mf

PLUS:hp