NOUVELLES

Crash d'un hélicoptère britannique en Afghanistan: ouverture d'une enquête

27/04/2014 09:26 EDT | Actualisé 27/06/2014 05:12 EDT

Une enquête a été ouverte dimanche afin de déterminer les raisons pour lesquelles un hélicoptère britannique s'est écrasé samedi dans le sud de l'Afghanistan, tuant les cinq soldats britanniques de la Force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf) présents à bord.

"Une enquête est en cours et la zone du crash a été bouclée", a affirmé dimanche le ministère de la Défense britannique.

"Nous ne pouvons pas donner plus de détails. Pour l'instant, il est impossible de dire combien de temps vont durer les recherches et quand les enquêteurs vont rendre leur rapport, mais l'enquête va être très minutieuse", a-t-il ajouté.

Selon les experts, le carnet de bord de l'hélicoptère, d'autres documents, ainsi que les conditions météorologiques le jour de l'incident vont être étudiés.

L'hélicoptère Lynx s'est écrasé lors d'un vol de routine dans la province de Kandahar.

Il s'agit de l'incident le plus meurtrier pour l'Isaf depuis la mort de six soldats américains dans la province de Zaboul (sud), quand leur hélicoptère avait été abattu par des tirs de talibans, le 17 décembre dernier.

"C'est avec une grande tristesse que nous devons confirmer que cinq soldats britanniques ont été tués dans cet incident, qui à ce stade apparaît comme un accident tragique", a déclaré le général Richard Felton.

Le Premier ministre britannique David Cameron a également exprimé sa solidarité avec "les familles et amis de ceux qui ont été tués lors de cette terrible tragédie".

"Nous adressons nos pensées et nos prières aux familles et aux proches" des victimes de "cet événement dramatique", avait déclaré auparavant l'Isaf dans un communiqué.

Samedi soir, un porte-parole des talibans, Abdulqahar Balkhi, avait affirmé sur Twitter que l'appareil avait été abattu par les insurgés, mais les rebelles sont parfois prompts à revendiquer des actes qui ne sont pas de leur fait pour en tirer crédit.

Le porte-parole de la police de la province de Kandahar, Zia Durrani, a toutefois affirmé à l'AFP qu'il avait chuté en raison d'une "avarie".

L'incident le plus meurtrier pour les troupes britanniques remonte à septembre 2006. A la suite d'une panne de carburant, un avion de surveillance s'était écrasé tuant les 14 soldats présents à bord.

Si les accidents d'hélicoptères sont relativement fréquents en Afghanistan, la perte d'appareils sous le feu des talibans est rarissime.

Les rebelles étaient toutefois parvenus à abattre le 6 août 2011 un hélicoptère Chinook, tuant 30 Américains, essentiellement des membres des Navy Seals, et huit Afghans.

La Grande-Bretagne dispose encore aujourd'hui de 5.200 soldats en Afghanistan. Il s'agit du deuxième contingent le plus important de la coalition internationale, derrière celui des États-Unis.

La majorité des 51.000 soldats de la coalition quitteront l'Afghanistan d'ici à la fin de l'année, un retrait qui fait craindre une nouvelle flambée dans un pays où les talibans restent forts, malgré douze ans de présence militaire occidentale.

sds/rhl

PLUS:hp