NOUVELLES

Algérie: manifestation contre les violences policières en Kabylie

27/04/2014 01:05 EDT | Actualisé 27/06/2014 05:12 EDT

Environ 2.000 personnes ont défilé dimanche à Tizi Ouzou, principale ville de la région algérienne de Kabylie, contre la répression de manifestants lors de la célébration le 20 avril du 34e anniversaire du Printemps berbère, selon un correspondant de l'AFP.

"Pour l'autodétermination du peuple kabyle", pouvait-on lire sur l'unique banderole brandie par les manifestants qui ont défilé sur la principale artère de cette ville du centre-nord de l'Algérie, à l'appel du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK, non reconnu), du célèbre chanteur contestataire kabyle Ferhat Mehenni.

A l'origine de leur indignation, la brutalité de la police durant les célébrations du 34e anniversaire du Printemps berbère, le 20 avril à Tizi Ouzou.

Des images de l'intervention policière diffusées sur internet ont suscité des réactions indignées dans le pays. On y voit des policiers tabassant sans ménagement des manifestants, traînant au sol l'un d'entre eux, visiblement inconscient.

Les policiers impliqués ont été ensuite suspendus, selon le ministre de l'Intérieur Tayeb Belaïzqui qui a évoqué jeudi des "actes isolés" de ces membres des forces de l'ordre.

Une manifestation de soutien aux Kabyles a été organisée jeudi par des associations amazighs des Aurès à Batna (455 km au sud-est d'Alger) parmi lesquelles le Mouvement culturel amazigh dans les Aurès (MCA).

Il y a 34 ans, alors que l'Algérie était encore sous le régime du parti unique, la Kabylie s'était soulevée pour la reconnaissance de l'identité et de la culture berbères. La répression du mouvement avait culminé le 20 avril 1980 quand les forces de l'ordre ont pris d'assaut l'université de Tizi-ouzou, fer de lance de la contestation. Depuis, cette date est commémorée chaque année par des manifestations souvent festives.

bur-abh/ao/feb

PLUS:hp