BIEN-ÊTRE

Escapade à Chicago (PHOTOS)

26/04/2014 10:03 EDT | Actualisé 09/05/2014 02:08 EDT
Marie-Julie Gagnon

Il y a des villes qu’on a l’impression de connaître avant même de s’y rendre pour la première fois. Chicago fait partie de celles-là. Est-ce parce qu’on l’a vue maintes fois dans des films ? Sans doute. En déambulant dans ses rues, on a par moments l’impression qu’on pourrait tomber sur Ferris Buller ou… Batman.

Même si le film mettant en vedette l’étudiant rebelle que tous les ados rêvaient d’avoir comme meilleur ami dans les années 1980 a été tourné il y a plus de vingt-cinq ans (!), plusieurs lieux sont encore facilement reconnaissables aujourd’hui, comme les incontournables Art Institute of Chicago et la (Sears) Willis Tower.

Pour ce qui est de Batman, il suffit de demander aux habitants de la ville. Plusieurs ont des anecdotes liées au tournage. La Gotham National Bank pillée par la bande du Joker (Heath Ledger) dans The Dark Knight est en fait le Chicago Post Office, situé au 404 West Harrison. On aperçoit aussi le Carbide & Carbon Building (Hard Rock Hotel), l’un des immeubles favoris des amateurs d’art déco. Avis à ceux qui ont envie de pousser l’exercice : Chicago Tribune a placé les lieux clés sur une carte.

Sur les traces des légendes

Certains «personnages» réels restent liés à la ville. Impossible de passer à côté d’Al Capone. Son spectre plane un peu partout. Plusieurs histoires circulent toujours à son sujet. Avait-il vraiment fait construire des tunnels pour le trafic d’alcool pendant la prohibition, notamment sous l’Arcada Theatre, comme le raconte cet ex-employé du Starbuck voisin ? En tout cas, le site Web de la boîte de jazz Green Mill indique clairement qu’il est impossible de les visiter ceux qui se trouvent sous le bar. Les Chicagoans ont chacun leur propre version de la légende. Et un lointain parent qui aurait joué au poker avec Scarface,

Si, par hasard, vous vous retrouvez au McCormick Place Convention pour un congrès, rappelez-vous qu’entre 1928 et 1932, le bandit occupait une suite au Lexington hotel, sous lequel il avait fait construire un bunker. L’établissement a été démoli en 1996. L’une des parties du complexe où défilent nombre de professionnels en complet se trouve aujourd’hui à l’emplacement de l’ancien hôtel.

Par ailleurs, nul besoin d’être un connaisseur en architecture pour s’intéresser à Frank Lloyd Wright, considéré comme l’un des plus grands architectes américains. Une centaine de ses créations ont été érigées en Illinois. La plus grande concentration de ses œuvres se trouve à Oak Park, accessible en transport en commun par la Green Line. Des visites guidées y sont proposées.

Les férus de littérature voudront eux aussi emprunter la Green line pour visiter la maison natale de l’écrivain et le musée qui lui est consacré. Tous deux se trouvent à distance de marche de la station de métro.

Les classiques

Il est désormais impossible de passer par Chicago sans se faire tirer le portrait devant la «fève» du Millennium Park. Le nom réel de l’installation qui reflète le ciel et la silhouette des immeubles est en fait «Cloud Gate». L’œuvre a été réalisé par l’artiste britannique Anish Kapoor. Des expositions et divers événements sont présentés gratuitement dans le parc.

Plusieurs autres espaces verts valent aussi la peine d’être pris d’assaut pour jogger ou simplement flâner. Lincoln, Grant, Burnham… Saviez-vous que Chicago est la deuxième ville américaine qui possède le plus de parcs (après New York) et compte 34 plages qui s’étendent sur 24km? La métropole est aussi le point de départ de la célèbre Route 66.

Si vous disposez de peu de temps, plusieurs visites guidées sont offertes. L’une des plus populaires est sans contredit la croisière proposée par la Chicago Architecture Foundation, qui permet d’avoir un bon aperçu de la ville en 90 minutes. C’est souvent celle qui est recommandée aux gens qui visitent entre deux réunions. Comme dans plusieurs grandes villes du monde, un programme de «greeters» permet aussi d’effectuer la visite d’un quartier en compagnie d’un bénévole.

Les arts – tant les musées que les arts de la scènes – sont aussi à considérer. Près de Hyde Park, le Museum of science and Industry, plus grand musée des sciences de l’hémisphère ouest, vaut également le détour. De quoi tenir occupé les petits comme les grands pendant au moins une demi-journée !

Jazz, blues et bonne bouffe

Deux autres incontournables quand on parle de Chicago : la gastronomie et la musique. Pour ces thématiques aussi, il existe des visites guidées. Parmi les compagnies qui en offrent, mentionnons Chicago Food Planet Tours et Detours Chicago.

Si l’un des grands classiques culinaires est la «deep-dish pizza» (très épaisse – la pâte est précuite dans un moule à gâteau), sachez qu’on compte de nombreuses et excellentes tables qui proposent des mets beaucoup plus raffinés. La blogueuse montréalaise Mayssam Samaha a publié plusieurs billets sur le sujet et a même préparé une carte avec ses meilleures adresses.

Après, ne reste plus qu’à enfourcher un Divvy, le BIXI local, pour faire passer le tout avant d’aller écouter jazz et blues au Buddy Guy's Legends, Green Mill, Rosa’s Lounge ou Kingston Mines!

Pratico-pratique :

• Pour vous y rendre rapidement, Air Canada propose des vols direct quotidiens. Infos : www.aircanada.com. Le vol dure environ 2h30 (moins au retour à cause des vents).

• Guide pratique : Escale à Chicago, des éditions Ulysse. Particulièrement utile si vous disposez de peu de temps !

• Avis aux fans : ChooseChicago.com présente des lieux de tournage du film culte Ferris Bueller’s day off.

• Aussi à découvrir : le site Chicago voyage (en français), qui propose plusieurs vidéos.

• Si vous comptez visiter plusieurs attractions et musées, la CityPass peut être avantageuses. Infos : fr.citypass.com/chicago

• Deux compagnies qui proposent des visites guidées Frank Lloyd Wright: www.flwright.org et www.allwrightoakparktours.com.

• L’accès aux bars de jazz et de blues n’est pas gratuit. Tarif à vérifier avant de vous y rendre !

• Pour vous mettre dans le bain: Scarface, l’histoire vraie (Vanity Fair France) et les romans de Nelson Algren.

• Pour plus d’info sur Chicago et toute autre destination aux Etats-Unis : www.discoveramerica.ca/fr

Notre journaliste était l’invitée d’IPW (U.S. Travel). Elle s’est rendue à Chicago grâce à Air Canada. Merci particulier à Marc Desjardins pour ses suggestions de bars de blues et de jazz !

Escapade à Chicago