NOUVELLES

Début de la réunion de la direction palestinienne

26/04/2014 04:21 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

La direction palestinienne a entamé samedi une réunion à Ramallah (Cisjordanie) destinée à étudier ses réponses à la décision d'Israël de suspendre les négociations de paix et de la sanctionner après sa réconciliation avec le mouvement islamiste Hamas.

La réunion du Conseil central palestinien, une instance dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a commencé à 08H15 GMT en présence du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui devait prononcer le discours d'ouverture, selon des sources officielles.

Elle doit s'achever dimanche par un communiqué du Conseil central.

Cette réunion était prévue avant les décisions israéliennes annoncées jeudi mais devait aussi débattre des diverses options sur la table en cas d'échec des négociations de paix parrainées par les Etats-Unis.

Celles-ci, relancées en juillet 2013 après une suspension de trois ans, étaient déjà l'impasse, les deux parties ne parvenant pas à s'entendre sur les principales questions et se renvoyant la responsabilité du blocage.

Mercredi, les frères ennemis palestiniens, l'OLP dirigée par M. Abbas et le Hamas, ont annoncé un nouvel accord de réconciliation prévoyant la formation d'un cabinet de "consensus national" qui sera formé de personnalités indépendantes et dirigé par M. Abbas, ainsi que la tenue d'élections législatives avant la fin de l'année.

Cet accord a provoqué la fureur d'Israël qui considère, de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, le Hamas comme une "organisation terroriste". Et le gouvernement de Benjamin Netanyahu a en réponse décidé de suspendre les pourparlers de paix.

Les Etats-Unis avaient donné aux deux parties neuf mois, jusqu'au 29 avril, pour parvenir à un accord mais le blocage est resté total malgré le forcing du secrétaire d'Etat John Kerry.

Le Hamas, qui a chassé du pouvoir à Gaza le Fatah de M. Abbas en 2007, rejette les négociations de paix et prône la lutte armée contre Israël.

Selon des sources palestiniennes, le Conseil central de l'OLP va encourager M. Abbas à poursuivre les démarches unilatérales d'adhésion à des traités et organisations internationaux et discuter de la formation du cabinet de "consensus national" ainsi que de la possible suspension de la coopération sécuritaire avec Israël.

Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a fait savoir vendredi qu'il était prêt à démissionner si M. Abbas l'estimait nécessaire en vue de la formation d'un nouveau cabinet, selon l'agence Wafa.

L'Autorité palestinienne, qui administre les zones autonomes de Cisjordanie, a signé ces dernières années plusieurs accords de réconciliation avec le Hamas qui sont restés lettre morte.

bur-agr/tp

PLUS:hp