NOUVELLES

La Chine exige de la direction d'une usine la fin d'une grève prolongée

25/04/2014 05:08 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

Les autorités chinoises ont annoncé vendredi avoir ordonné à une société à capitaux taïwanais de répondre à des demandes sociales d'ouvriers en grève dans une énorme usine du sud du pays fabriquant des chaussures de sport.

Le mouvement social dans l'usine Yue Yuen --la plus grande au monde dans son domaine, selon sa direction -- a éclaté début avril et pris la forme d'une grève depuis le 14 du mois, rassemblant des dizaines de milliers de travailleurs et déclenchant un imposant déploiement des forces de l'ordre.

Les ouvrières --la main-d'oeuvre est très majoritairement féminine-- se plaignent de leurs salaires, de contrats d'embauche lacunaires et de carences dans leur couverture sociale. Sur ce dernier point, elles ont raison de le faire, a conclu une enquête officielle.

"Selon nos premières investigations, l'usine Yue Yuen de la ville méridionale de Dongguan est fautive de ne pas verser les paiements de sécurité sociale", a déclaré lors d'une conférence de presse à Pékin Li Zhong, un porte-parole du ministère chinois des Ressources humaines et de la Sécurité sociale.

Les autorités ont donc donné pour instruction à la direction de l'usine, qui produit notamment des chaussures Nike et Adidas, de "rectifier selon la loi" les versements à effectuer.

L'organisation China Labor Watch, spécialisée dans les mouvements sociaux du secteur manufacturier chinois, a affirmé que du matériel servant à confectionner des chaussures Adidas était actuellement déménagé hors de l'usine pour être transféré vers d'autres usines de la région.

"China Labor Watch exhorte Adidas à revenir sur sa décision de sortir de l'usine Yue Yuen et à apporter son soutien à une solution équitable entre Yue Yuen et ses employés", a indiqué l'ONG dans un communiqué.

Le régime communiste chinois redoute que des mouvements sociaux localisés fassent boule de neige, en particulier dans la province méridionale du Guangdong -- où se trouve Dongguan --, parfois surnommée "l'usine du monde" car elle concentre une part importante de l'industrie manufacturière travaillant pour les exportations.

Les ONG indépendantes notent toutefois que les autorités chinoises sont généralement mieux disposées à écouter les doléances de travailleurs des sociétés étrangères, en particulier celles de Taïwan.

Sur son site internet, la société Yue Yuen indique sous-traiter notamment pour les marques Nike, Adidas, Asics, Converse et New Balance.

En Chine, les exportations demeurent le principal moteur de la croissance et tout ralentissement de cette dernière peut avoir des répercussions sociales immédiates.

tjh-seb/ple/jh

PLUS:hp