NOUVELLES

Bolivie : 700 militaires limogés après des manifestations de sous-officiers

25/04/2014 05:10 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

L'armée bolivienne a limogé 702 militaires pour "sédition", à la suite de manifestations par des sous-officiers, dont la majorité sont d'origine indienne, qui protestaient contre la discrimination raciale dont ils se disent victimes.

Le commandant en chef des forces armées, le général Victor Baldivieso, a même estimé que les protestations de quelque 2.000 sergents en uniforme, qui s'étaient doublées d'un appel à la grève, équivalaient à une sédition en vue d'un coup d'Etat.

Les sous-officiers, qui sont en majorité des indiens Aymara et Quechua, n'ont selon les règles actuelles de l'armée aucune possibilité de promotion au-delà du grade de sergent, ni accès aux instituts de formation des officiers.

"Nous ne sommes pas contre le gouvernement, nous sommes contre ce système capitaliste, neo-libéral et colonial qui règne dans l'armée", a expliqué le responsable d'une association de sous-officiers, qui avait appelé aux manifestations.

L'association estime que ces règles, ainsi que les fréquents actes de discrimination raciale dont sont victimes les indiens dans l'armée, sont contraires à la nouvelle Constitution promulguée par le président Evo Morales, lui-même un Aymara et le premier président à être issu de la majorité indienne.

jac-rb/jm/dw/yad/ia/pt

PLUS:hp