NOUVELLES

Angleterre - Rodgers: Liverpool a "un an d'avance"

25/04/2014 12:24 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT

"On a un an d'avance au niveau des attentes et on ne s'en plaint pas", a déclaré vendredi Brendan Rodgers, l'entraîneur du leader Liverpool, avant de Chelsea, 2e, dimanche lors de la 36e journée du Championnat d'Angleterre.

"C'est excitant, on est en tête du championnat le plus compétitif au monde, a commencé le technicien, 7e l'an passé. La ville vibre vraiment. Je mentirais si je disais qu'on s'attendait à ça, mais j'ai toujours cru dans mes joueurs, dans leurs qualités et pensé que l'on pouvait entrer dans le Top 4. On a un an d'avance au niveau des attentes et on ne s'en plaint pas."

"On est en excellente position pour gagner le titre, mais la priorité, c'est Chelsea. C'est un autre gros calibre, mais j'espère que l'on va franchir cette haie. Il faut profiter de l'instant. Il n'y a pas de pression. Les gens parlent de la pression qui pèse sur le leader et disent +vous ne devez pas très bien dormir+. Moi, je n'ai jamais aussi bien dormi!", a-t-il poursuivi.

"Si on n'y arrive pas cette année, il reste la prochaine. Ce n'est pas la fin du monde. Ce ne sera pas à cause de la pression en tout cas. On peut manquer d'un peu de chance ou faire une erreur. Cela peut arriver mais dans la deuxième moitié de saison les joueurs ont montré qu'ils savaient gérer la pression", a-t-il toutefois tempéré.

Les Reds comptent actuellement 80 points, cinq de plus que les Blues à trois journées de la fin et alors qu'ils n'ont plus été champions depuis 1990.

"J'ai vu que Chelsea pourrait aligner une équipe affaiblie, mais c'est manquer de respect à ceux qui vont jouer. Et quelle que soit l'équipe de Chelsea en face, elle coûtera plus cher que la nôtre. Mais c'est vrai qu'il y a un prix à payer si c'est la même équipe le dimanche et le mercredi", a encore déclaré Rodgers au sujet du choc à venir.

"Jose est un battant, il n'abandonne jamais. Entre lui et moi, il n'y a pas de petites phrases. Il me connaît assez pour savoir que ce qu'il dit ou fait ne me déstabilise pas", a conclu l'ancien adjoint de Mourinho du temps de son premier séjour à Chelsea.

cd/sk

PLUS:hp