NOUVELLES

L'armée ébranlée par des allégations d'agression sexuelle dans ses rangs

24/04/2014 09:14 EDT | Actualisé 25/06/2014 05:12 EDT
AP
Two Canadian Army officers salute during their battlegroup's departure parade and flag lowering ceremony at the airbase in Kandahar, Afghanistan Thursday, July 18, 2002. All 800 troops from the Edmonton-based Princess Patricia's Light Infantry end their mission helping fight the war on terror in Afghanistan. (AP Photo/Charles Rex Arbogast)

OTTAWA - Le plus haut commandant militaire canadien a ordonné l'ouverture d'un examen interne des programmes et des politiques visant à combattre les violences sexuelles dans les Forces armées, après la publication d'une enquête journalistique qui montre que les cas d'agression sexuelle dans les rangs militaires ont atteint des proportions alarmantes.

Le général Tom Lawson, chef d'état-major de la défense, a qualifié de «surprenant et troublant» le reportage présenté jeudi par le magazine MacLean's.

L'enquête, qui a duré un an, a été réalisée par les journalistes Noémi Mercier et Alec Castonguay du magazine québécois l'Actualité, et le résultat de leur travail sera publié dans le numéro à paraître vendredi. L'enquête s'appuie sur une série d'entrevues menées avec des victimes alléguées d'agressions sexuelles dans l'armée. Les journalistes ont aussi eu recours à la Loi sur l'accès à l'information pour retracer les enquêtes de la police militaire pendant une décennie.

L'Actualité et Maclean's sont des revues appartenant à Rogers Media Inc., une sous-division de Rogers Communications.

Dans un bref communiqué de presse publié en fin d'après-midi, jeudi, le général Lawson affirme que «l'inconduite à caractère sexuel n'est pas et ne sera jamais tolérée» dans les Forces armées canadiennes, un message qu'il dit renforcer «à l'échelle de la chaîne de commandement». Le général Lawson n'a pas admis de cas spécifiques, mais affirme que l'armée poursuivra en justice toute allégation d'inconduite sexuelle et protégera les plaignants contre les représailles.

Dans un communiqué publié de Mexico, où il est en visite pour rencontrer ses homologues américain et mexicain, le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, affirme avoir ordonné au général Lawson d'aller au fond de cette affaire.

La prétendue multiplication des cas d'agression sexuelle dans l'armée menace de ternir la réputation du gouvernement conservateur et de M. Nicholson, un ancien ministre de la Justice, qui se targuent depuis longtemps de leur politique de tolérance zéro face à la criminalité et de leur défense des droits des victimes d'actes criminels.

M. Nicholson s'est dit «profondément irrité» à la lecture des allégations contenues dans le reportage.

L'enquête journalistique est publiée quelques semaines après deux cas d'agression sexuelle dans l'armée qui ont fait les manchettes à travers le pays.

L'ancien commandant divisionnaire de la principale base d'entraînement des Forces canadiennes dans l'ouest du pays a été reconnu coupable d'agression sexuelle au début du mois d'avril.

Un juge militaire a déterminé que le major David Yurczyszyn, qui était responsable de la base de Wainwright en Alberta, avait touché les seins d'une femme après une réception pour le jour du Souvenir en 2012.

Au début de son procès en cour martiale, le major Yurczyszyn avait plaidé coupable à une accusation d'ivresse en vertu de la Loi sur la défense nationale, mais a nié avoir intentionnellement touché la poitrine de la femme.

En Ontario, la police a récemment diffusé un appel aux victimes après l'arrestation d'un soldat à la garnison de Petawawa.

Le caporal Derrick Gallagher, âgé de 31 ans, a été placé en détention le 31 mars. Il a d'abord été accusé de huit chefs d'agression sexuelle et de deux chefs de voyeurisme en vertu du Code criminel.

La police a ensuite ajouté 18 autres accusations.

Les enquêteurs ont retracé 18 victimes alléguées et tentent toujours d'identifier jusqu'à 50 femmes qui pourraient avoir été victimes du soldat sans le savoir.