NOUVELLES

Yémen: Al-Qaïda a "réquisitionné" un hôpital pour soigner ses blessés

24/04/2014 08:32 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

Des membres d'Al-Qaïda ont pris de force le contrôle d'un hôpital et de deux dispensaires du sud du Yémen pour y soigner des dizaines des leurs, blessés lors de récents raids sur leurs camps d'entraînement, ont indiqué jeudi des sources médicales.

Selon ces sources, les combattants d'Al-Qaïda ont pris dimanche le contrôle de l'hôpital de Azzan, dans la province de Chabwa, et de deux dispensaires de localités voisines, où leurs propres médecins ont traité les blessés du réseau, avant de repartir le lendemain.

"Ils nous ont forcés à évacuer le dispensaire, avec les autres membres du personnel, et y ont installé leurs blessés", a déclaré à l'AFP, sous couvert d'anonymat, un médecin du dispensaire de la localité d'Al-Saeed.

Selon les autorités, au moins 68 insurgés d'Al-Qaïda ont été tués dans une série de raids dans le cadre d'une opération d'envergure menée conjointement le weekend dernier par les Etats-Unis et les autorités yéménites dans le but de déjouer de nouveaux attentats.

Les raids les plus intensifs ont visé dimanche des camps d'entraînement d'Al-Qaïda dans une zone montagneuse de la province d'Abyane, à la limite de la province de Chabwa, faisant 55 morts, dont trois chefs locaux du réseau et des recrues arabes et étrangères, d'après le ministère de l'Intérieur.

Après ces raids, des combattants d'Al-Qaïda sont arrivés en pick-up dans les trois établissements et y ont installé leurs blessés pour la nuit, selon le médecin.

"Ils étaient accompagnés de plusieurs médecins, dont certains d'autres nationalités arabes ou des étrangers", a-t-il dit.

Les deux dispensaires n'accueillaient pas de malades lors de l'arrivée des membres d'Al-Qaïda. Par contre, certains malades ont passé la nuit dans l'hôpital de Azzan en compagnie des membres du réseau, qui sont partis le lendemain, d'après les sources médicales.

Le réseau extrémiste est bien implanté dans la province de Chabwa et les autres provinces voisines du sud du Yémen.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) avait su tirer profit de l'affaiblissement du pouvoir central à la suite du soulèvement populaire de 2011 contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh pour renforcer sa présence dans le pays, notamment dans les zones tribales.

faw-at/faa

PLUS:hp