NOUVELLES

Un projet de visite d'un club de foot à Moscou indigne en Allemagne

24/04/2014 05:08 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

Le journal le plus lu d'Allemagne, Bild, et des responsables du parti de la chancelière Angela Merkel s'indignaient jeudi d'une éventuelle visite à Moscou du club de foot Schalke 04, parrainé par le géant public gazier russe Gazprom, en plein crise ukrainienne.

"Une photo de groupe de Poutine avec des joueurs de Schalke tout sourire au Kremlin, c'est de la politique. (...) Poutine, le voleur de Crimée, a besoin de photos avec vous", écrit l'un des principaux éditorialistes de Bild dans une lettre ouverte à Clemens Tönnies, président du conseil de surveillance de l'équipe actuellement troisième du championnat d'Allemagne.

Tönnies avait indiqué dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt paru mercredi: "L'équipe voudrait bien voir le Kremlin et s'intéresse à Moscou. Et le président russe est intéressé par Schalke et nous a invité".

"Nous sommes des gens du sport et pas des politiques. La politique n'est pas notre terrain de jeu", avait-il ajouté.

La date de la visite n'est pas encore arrêtée. "Certainement pas avant l'été", avait dit Tönnies au Handelsblatt. "En outre, le président (Poutine) a en ce moment certainement beaucoup plus de sujets importants à l'ordre du jour. Ce n'est pas encore le moment pour cela".

Des dirigeants du parti chrétien-démocrate CDU d'Angela Merkel s'emportaient également, dans les colonnes de Bild. "Accepter une invitation du Kremlin dans la situation actuelle et se laisser de telle manière instrumentaliser, ce n'est pas vraiment faire preuve de tact diplomatique", a dit Peter Tauber, le secrétaire général de la CDU.

Et le chef de la commission des Affaires européennes du Bundestag, le député CDU Gunther Krichbaum, a renchéri: "Tönnies profite probablement de Schalke par intérêt économique".

M. Tönnies, à la tête d'une boucherie industrielle, veut en effet investir 600 millions d'euros dans une porcherie en Russie.

En mars il avait réaffirmé son attachement à Gazprom, le sponsor principal de Schalke depuis 2007, malgré la crise en Ukraine.

clp/fjb/fw

PLUS:hp