Une Montréalaise menacée après des commentaires télévisés sur le voile islamique

Publication: Mis à jour:
SIBEL KOSE
Canoe.tv

Une Montréalaise d'origine belgo-turque, Sibel Kose, a peur pour sa vie. Elle dit avoir reçu des menaces à la suite d'une intervention télévisée où elle était appelée à donner son opinion sur le voile islamique en Turquie. Elle a même sollicité l'appui de l'ex-ministre de la Justice et député libéral de Mont-Royal, Irwin Cotler, en plus d'avoir porté plainte au Service de police de Laval pour harcèlement et menaces.

«Ils ont menacé de venir saccager mon lieu de travail [...] en plus d'avoir écrit de nombreux messages de menaces et tenu des propos racistes et haineux notamment sur Facebook et Twitter», explique Sibel Kose en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

L’histoire de Sibel Kose a commencé le 8 octobre 2013. Citoyenne et militante engagée, elle avait alors été invitée à donner son opinion à l’émission 30 sur le radar, diffusée sur les ondes de LCN. Son intervention avait porté sur la levée de l’interdiction de porter le voile islamique au travail en Turquie par le nouveau gouvernement.

Or, même si l'émission a été diffusée à l'automne 2013, le harcèlement et les menaces, eux, ont commencé le 30 mars dernier, la journée même où les élections municipales ont été remportées par le parti au pouvoir d'AKP en Turquie. Selon Sibel Kose, les menaces proviendraient «de certains membres la Communauté turque islamique de Montréal» dont les noms sont publics sur Facebook..

«Ils m'ont dénoncée comme ennemi des Turcs et de l'islam au ministère des Affaires extérieures en Turquie pour que je sois arrêtée par les forces de l'ordre si je retourne en Turquie. Ils ont même ouvert une page Facebook contre moi», explique-t-elle. Elle dit avoir eu «la preuve, dernièrement, que tout un dossier a été monté de Montréal, et envoyé en Turquie». «Ils m'accusent de traître», explique-t-elle.

Sur la page Facebook et via Twitter, il a notamment été écrit qu’«il fallait balancer son corps du haut du Mont-Royal». «Ne vous inquiétez pas, nous allons lui donner une leçon avec les bénédictions d'Allah», lisait-on aussi. Certains de ces commentaires ont été retirés des médias sociaux les jours suivants. Sibel Kose a toutefois remis à la police les copies de toutes ces menaces.

En plus de demander l’arrestation de la militante en Turquie, ses opposants ont également lancé une pétition demandant au réseau TVA le retrait de la vidéo de l’entrevue de Sibel Kose, en plus d’exiger des excuses du diffuseur.

«Elle a parlé de façon dégradante à propos de la Turquie et des Turcs. Elle a attaqué et terni l'image de la Turquie et de son peuple avec des mensonges grossiers. Au nom de la communauté turque, nous voudrions que cette vidéo soit retirée du site de Canoe.ca/TVA. De plus, nous voudrions que les responsables en question s'excusent d'avoir donné la parole à Sibel Kose qui n'a aucun mandat et/ou aucune autorité sur la communauté turque», lit-on dans le libellé de la pétition.

Inquiète quant à sa sécurité, Sibel Kose a aussi contacté l’ex-ministre de la Justice et député libéral de Mont-Royal, Irwin Cotler, par lettre afin de lui demander certains conseils. «Ils ont menacé ma vie. Je crains aussi pour ma famille. J'espère que je peux bénéficier de vos conseils et de l'orientation sage de mettre un terme à cette situation effrayante», écrit-elle dans sa missive.

Pour sa part, le Service de police de Laval confirme qu'il «a bien reçu la plainte et qu'un dossier a été ouvert par la suite», a validé Nathalie Laurin, relationniste pour la police de Laval. «Le dossier a toutefois été transféré, jeudi matin, au Service de police de la Ville de Montréal», a-t-elle précisé, puisque le regroupement visé se trouve sur son territoire.
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?