NOUVELLES

"Qatarina": une fiction sur le Qatar pendant le Mondial 2022

24/04/2014 06:28 EDT | Actualisé 24/06/2014 05:12 EDT

Comment se déroulera le Mondial 2022 au Qatar? Dans "Qatarina", l'écrivain français Gabriel Malika détaille sur un ton humoristique les ennuis qui attendent selon lui ce petit émirat conservateur lorsqu'il accueillera la Coupe du monde.

"J'ai pris la décision d'écrire ce roman le jour où la FIFA a décidé d'attribuer l'organisation de la Coupe du Monde de football 2022 au Qatar", déclare à l'AFP cet expert en communication installé à Dubaï.

"Connaissant bien le Qatar pour y avoir vécu et travaillé pendant deux ans, il m'a semblé absurde qu'un si petit Etat, sans véritable tradition footballistique, puisse organiser un événement de cette envergure", ajoute-t-il.

Sur fond d'histoire d'amour entre un universitaire américain qui s'ennuie ferme à Doha et une jeune Qatarie rebelle, "Qatarina" essaye d'imaginer le déroulement des matches dans des stades presque vides, les Qataris ayant fui devant l'afflux des supporters dont les manières les choquent.

Ces derniers se baignent dans les fontaines publiques pour échapper à la chaleur, campent sur des terrains vagues en raison des tarifs prohibitifs des hôtels de luxe et ne sont pas contents en raison des restrictions sur la vente de l'alcool.

"Comment un pays si conservateur va-t-il gérer la consommation d'alcool des supporters, les mouvements de foule, la prostitution, l'afflux des touristes?", se demande l'auteur.

Pour lui, "c'est comme si les Qataris avaient acheté cette Coupe du monde sans lire la notice. Ils ne savent pas à quoi s'attendre", dit encore Gabriel Malika, selon lequel "cette coupe du monde est une mauvaise idée pour la population du Qatar qui n'en veut pas".

Depuis que le Qatar a été désigné comme pays organisateur, une polémique est née sur la date de la compétition. Les températures semblent trop élevées en été et la période hivernale pose des problèmes de calendrier.

Le Qatar est en outre la cible de critiques pour les conditions de travail des ouvriers asiatiques qui construisent les stades, s'apparentant à de l'esclavagisme selon plusieurs ONG et syndicats.

at/sw

PLUS:hp