NOUVELLES

Construction : Ken Pereira et d'autres Québécois «en exil» dans l'Ouest

24/04/2014 06:28 EDT | Actualisé 24/04/2014 06:28 EDT
Radio-Canada

Celui qui a été le premier à dénoncer les dépenses d'un ancien dirigeant de la FTQ-Construction et les liens possibles entre ce syndicat et des membres du crime organisé affirme qu'il est en exil syndical dans l'Ouest. Et il ne serait pas le seul.

Ken Pereira travaille uniquement en Alberta et en Saskatchewan depuis 2009. Selon lui, impossible de travailler depuis ce temps sur un chantier de construction au Québec

Rencontré par Radio-Canada à Cold Lake, en Alberta, M. Pereira prend son repas avec d'autres travailleurs québécois de la construction. Autour de la table, l'absence des épouses, des amis et de la famille restés dans la province d'origine se fait ressentir. « Moi je suis tassé, pis le collateral damage, comme ils appellent, c'est vous autres parce que vous m'avez suivi. Vous êtes autant dans la merde que moi! », lance-t-il à la tablée.

Le syndicaliste affirme que ses révélations sur l'accès possible du crime organisé à la FTQ-Construction, en plus d'avoir dévoilé les factures salées de l'ancien dirigeant Jocelyn Dupuis, l'ont tout simplement mis hors circuit au Québec. « J'ai eu des menaces qui venaient du crime organisé italien, des motards », clame-t-il.

« Le plus dur à prendre, c'est que je n'ai pas le droit de travailler dans ma patrie parce que j'ai dit la vérité. » — Ken Pereira

Punis pour leurs choix

Ken Pereira a été embauché par la FTQ-Construction en 2006 pour trouver du travail aux mécaniciens industriels du Québec affiliés à ce syndicat. Le local 2181 du CPQMC-International obtenait la majorité du travail dans ce domaine. Des luttes pour placer ses membres ont donc toujours existé entre les centrales syndicales, selon Ken Pereira.

Le syndicaliste dit avoir placé plus de 1000 Québécois depuis 2006, en Alberta et en Saskatchewan. Certains d'entre eux seraient incapables de se trouver du travail au Québec parce qu'ils sont identifiés comme des revendicateurs, selon lui.

« De la minute qu'ils ne votent pas pour le bon local, c'est fini à vie! », avance Marc Allard, un mécanicien industriel. Il affirme qu'il a dû s'exiler en Alberta, parce qu'il a voté pour une centrale syndicale minoritaire. « Un Québécois pure laine, qui n'est pas capable de travailler nulle part en province », déplore Marc Allard.

« Je ne suis même pas capable de passer un balai sur un chantier, pis pourtant, je suis qualifié, selon le gouvernement, avec ma carte de la CCQ. Ma compétence n'a pas baissé parce que j'ai voté pour une autre centrale », argumente-t-il.

Le mécanicien de chantier Gilbert Vachon, qui a travaillé 15 ans pour une compagnie québécoise, dit qu'il s'est fait montrer la porte par son employeur le jour où il a suivi Ken Pereira en 2006. L'entrepreneur craignait des délais sur son chantier, selon lui.

« Des propres Québécois qui m'ont jeté dehors de ma province, du lieu où je suis venu au monde, où j'ai donné mon corps et mon âme à mon métier. » — Gilbert Vachon

Les choses ont changé, dit le DG

Le directeur général de la FTQ-Construction affirme cependant que le syndicat a beaucoup changé depuis les années de Jocelyn Dupuis. Yves Ouelette dit que le syndicat traite tous ses membres de la même manière et que ce sont les employeurs du Québec qui prennent la dernière décision.

Pendant ce temps, Ken Pereira espère toujours retourner travailler à la FTQ. Une entente à l'amiable conclue en 2011 l'écarte de cette centrale pour une durée de 5 ans.

D'après un reportage de Guillaume Dumont

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref