NOUVELLES

Un forum germano-russe presse pour une désescalade en Ukraine

23/04/2014 02:33 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

Des représentants allemands et russes de la société civile, réunis mercredi en Allemagne, ont pressé les parties prenantes au conflit en Ukraine de s'engager dans une désescalade et de maintenir ouverts les canaux de communication.

Le "Dialogue de Petersbourg", un forum de quelque 200 chefs d'entreprise, hommes politiques, responsables culturels ou des médias, a estimé urgent une application de l'accord conclu la semaine dernière à Genève.

"Nous sommes convaincus qu'une solution pérenne au dangereux conflit en Ukraine pourra être trouvée lorsque, dans l'esprit de l'accord de Genève, les deux parties participeront à une désescalade, pas à pas", ont expliqué dans un communiqué final les responsables allemands de ce forum, réuni cette année à Leipzig (est).

Ils ont jugé crucial que "tous les groupes illégaux et armés en Ukraine soient désarmés immédiatement et de manière vérifiable, et que tous les immeubles et les places illégalement occupés soient libérés".

Le coordinateur russe, l'ancien Premier ministre Viktor Zubkov, a reconnu "des différences sensibles entre la Russie et (ses) partenaires occidentaux en ce qui concerne l'Ukraine".

Le Dialogue de Petersbourg a été lancé en 2001 par le chancelier allemand Gerhard Schroeder et le président russe Vladimir Poutine pour élargir le cadre des relations entres les deux pays.

Il se retrouve une fois par an, habituellement en marge d'un sommet entre les deux gouvernements.

Mais le projet d'une rencontre entre la chancelière Angela Merkel et le président Poutine a été écarté après le rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie.

Le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert, avait expliqué dans la matinée à Berlin que le gouvernement n'était qu'un "hôte" du forum, et qu'il y serait discuté de "ce qui nous unit et de ce qui parfois nous sépare".

Le Dialogue a appelé l'Histoire à la rescousse. Les participants à l'un des grands débats, consacré aux efforts de paix depuis 1914, ont insisté pour que les canaux de communication ne soient pas coupés en Ukraine.

Et M. Zubkov a souligné que Russes et Allemands avaient combattu Napoléon côte à côte à Leipzig au 19e siècle, avant de devenir au 20e, des ennemis mortels, lors de deux guerres mondiales.

"Il est de notre devoir de faire en sorte que cela ne se produise plus jamais", a-t-il lancé.

dlc-fjb/elr/jeb

PLUS:hp