POLITIQUE

Sam Hamad est heureux de retourner au ministère du Travail

23/04/2014 09:03 EDT | Actualisé 23/04/2014 09:03 EDT
Agence QMI

QUÉBEC - Le nouveau ministre du Travail, Sam Hamad, ne s'est pas formalisé, mercredi, de reprendre un portefeuille dont il a déjà eu la responsabilité dans le gouvernement de Jean Charest.

Après la cérémonie d'assermentation du conseil des ministres de Philippe Couillard, M. Hamad était satisfait de retourner au conseil des ministres, où il sera aussi responsable de la région de Québec.

"Honnêtement, je suis très heureux aujourd'hui de faire partie du conseil des ministres et d'être responsable de la Capitale-nationale, pour moi c'est une très bonne nouvelle", a-t-il dit dans un échange avec la presse parlementaire.

M. Hamad a expliqué que son passage précédent au ministère du Travail, dont il a été responsable de 2009 à 2010, lui sera profitable.

"Mon expérience va m'aider beaucoup parce que je sais comment ça marche, je sais c'est quoi les relations de travail", a-t-il dit.

Au cours des derniers mois, M. Hamad a dû répondre à des questions des journalistes concernant ses liens avec le cabinet de génie-conseil Roche, pour lequel il a travaillé jusqu'en 2003, ainsi qu'avec l'ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, un ex-vice-président de l'entreprise.

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) enquête actuellement sur la firme de génie ainsi que sur M. Côté relativement à des allégations de financement politique illégal en échange de contrats gouvernementaux.

M. Hamad a reconnu mercredi qu'il a été meurtri d'avoir à répondre relativement aux allégations qui circulent à ce sujet.

"On est des êtres humains, on n'a pas de carapace, on est sensibles comme tout être humain et c'est sûr que quand les gens disent pas des bons mots sur vous, on n'est pas heureux là-dedans", a-t-il dit.

Selon M. Hamad, son retour dans un rôle plus modeste au sein du gouvernement de M. Couillard n'est pas relié aux allégations qui circulent concernant ses liens avec Roche et M. Côté.

"La réponse est non, a-t-il dit. Je pense que c'est une responsabilité importante et maintenant on va travailler pour atteindre les résultats."

Durant la campagne électorale, M. Couillard s'était porté à la défense de M. Hamad, qui a déjà été interrogé par des enquêteurs de la Commission Charbonneau, mandatée pour faire la lumière sur les malversations dans le secteur de la construction.

Dans le précédent gouvernement de Jean Charest, M. Hamad, qui a été ingénieur et vice-président chez Roche, a occupé des ministères importants comme celui des Ressources naturelles ainsi que celui des Transports.

M. Hamad, qui avait appuyé la candidature de M. Couillard dans sa course à la direction du Parti libéral du Québec, a déclaré mercredi qu'à titre de ministre du Travail, son mandat sera notamment d'assurer que les relations soient harmonieuses dans la construction.

"Ce que je pense, c'est ce que le premier ministre m'a dit, c'est que régler des conflits, c'est important si on veut faire rouler l'économie, a-t-il dit. Une économie peut rouler bien si les relations de travail sont bonnes et je pense qu'avec les investissements qu'on va faire dans la construction c'est important de l'autre côté qu'il y ait une relation harmonieuse dans la construction entre l'employeur et les travailleurs."

INOLTRE SU HUFFPOST

Le cabinet ministériel de Philippe Couillard