NOUVELLES

Les wagons-citernes DOT-111 voués à disparaître (VIDÉO)

23/04/2014 08:17 EDT | Actualisé 23/04/2014 10:53 EDT

Ottawa a ordonné mercredi le remplacement ou la mise à niveau d'ici trois ans de plusieurs wagons-citernes DOT-111 transportant du pétrole brut ou de l'éthanol, dont la vulnérabilité a été montrée du doigt lors de la tragédie de Lac-Mégantic, en juillet dernier.

Le gouvernement Harper donnait suite aux recommandations du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) visant à améliorer la sécurité du transport du pétrole brut par train.

Sans donner de chiffres, la ministre des Transports Lisa Raitt a affirmé que c'est l'industrie qui assumera le coût du remplacement de la flotte qu'elle estime à environ 30 000 wagons. Ces wagons ont été fabriqués avant que la nouvelle norme ne soit proposée en janvier dernier.

Quelque 5000 wagons « moins résistants aux impacts » servant à transporter du pétrole seront retirés de la circulation dans les 30 jours.

L'industrie a néanmoins toujours maintenu qu'il faudrait environ 10 ans pour remplacer les 228 000 wagons de ce type en Amérique du Nord.

Dans son annonce, la ministre Raitt a également exigé des transporteurs ferroviaires la mise sur pied d'un plan d'intervention d'urgence pour tous les convois d'hydrocarbures, autant pour les produits du pétrole que pour le diesel.

Les entreprises devront également réduire la vitesse des trains transportant des marchandises dangereuses.

Finalement, la ministre a annoncé la création d'un groupe de travail qui sera composé de représentants des municipalités, de premiers intervenants, d'expéditeurs et de compagnies ferroviaires.

La ministre n'a cependant pas fait mention de l'exigence d'une planification stratégique des itinéraires, tel que recommandé par le BST.

Les municipalités satisfaites

La Fédération canadienne des municipalités (FCM), de même que la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, se sont dites « satisfaites » des nouvelles mesures du gouvernement fédéral. Cette annonce constitue une « étape majeure » pour renforcer la sécurité ferroviaire, a affirmé Claude Dauphin, président de la FCM et maire de Lachine.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a estimé pour sa part que les changements proposés ne sont pas suffisants pour protéger la sécurité des Canadiens. « Que fait-on avec les communautés où sont transportées en ce moment des marchandises dangereuses? », a-t-il demandé à Ottawa.

Les autorités ont déjà renforcé, l'été dernier, les règlements sur la sécurité du transport ferroviaire. Elles ont notamment exigé que les trains transportant des marchandises dangereuses soient conduits par au moins deux personnes et qu'ils ne soient pas laissés sans surveillance sur une voie principale.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 points inquiétants sur l’industrie ferroviaire