NOUVELLES

La France doit mieux gérer le flux des nouveaux touristes chinois (Pellerin)

23/04/2014 04:24 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

La France doit adapter ses infrastructures et ses capacités d'accueil pour mieux gérer le flux de "nouveaux touristes chinois", a souligné mercredi à Pékin la secrétaire d'Etat à la promotion du tourisme, Fleur Pellerin.

"Il y a toute une réflexion à avoir autour de l'accueil, des services qui sont proposés, et de la mise à niveau des infrastructures hôtelières, dans les musées, dans les sites touristiques, pour pouvoir accueillir davantage de touristes (chinois), plus seulement à Paris et sur la Côte d'Azur", a estimé Mme Pellerin.

Elle a cité la Normandie, la Bretagne, les stations de ski ou le tourisme oenologique comme des exemples de "domaines dans lesquels il y a du potentiel, beaucoup de choses à faire avec les voyagistes chinois".

"Entre 2012 et 2013, le nombre de nuitées passées par des Chinois en France a augmenté de 40%", a rappelé Fleur Pellerin.

Mais selon elle, "il va falloir répondre d'une manière différente aux attentes de ces nouveaux touristes" qui sont par exemple habitués à consommer au petit-déjeuner une "petite soupe au riz".

La France a commencé fin janvier à délivrer aux Chinois des visas selon une nouvelle procédure accélérée en 48 heures, Paris souhaitant ainsi attirer davantage de ces visiteurs connus pour être dépensiers en voyage. Depuis, les demandes de visa ont bondi d'au moins 40%.

La France a accueilli l'an dernier 1,4 à 1,5 million de touristes chinois, un chiffre en progression annuelle d'environ 20%.

Choisie pour incarner la diplomatie économique sous la direction de Laurent Fabius, Fleur Pellerin effectue en Chine son premier déplacement à l'étranger depuis sa prise de fonction avec une triple casquette (commerce extérieur, tourisme et Français de l'étranger).

Lors de son déplacement, Mme Pellerin a signé une déclaration d'intention pour faciliter l'exportation de vins et spiritueux français vers la Chine.

L'objectif est d'améliorer la traçabilité des vins français, victimes de copies à grande échelle en Chine. "C'est pour lutter contre la contrefaçon et faire en sorte que les exportateurs français soient davantage protégés", a assuré Mme Pellerin.

Plus largement, au sujet des exportations de produits agroalimentaires français sur le marché chinois plutôt protectionniste, Mme Pellerin a estimé que "sur la charcuterie, sur le lait, les choses (allaient) vraiment dans le bon sens".

"Il y a de vraies opportunités de conquêtes de marché pour ceux qui fabriquent du lait en poudre pour bébé", a-t-elle ajouté. Les consommateurs chinois se méfient des marques locales, entachées par des scandales sanitaires.

Concernant le déménagement des services du Commerce extérieur de Bercy au Quai d'Orsay, Fleur Pellerin a souligné que l'installation était "en cours". Elle avait réfuté lundi des affirmations de presse selon lesquelles elle aurait demandé que son équipe s'installe dans un hôtel particulier du VIIe arrondissement.

Dans l'hôtel du Quai d'Orsay, "il n'y a pas suffisamment de bureaux pour l'ensemble de mes collaborateurs", a-t-elle dit.

"Je me mets là où il est plus pratique que je me mette", a poursuivi Mme Pellerin. "Franchement je ne m'occupe même plus de cette question, car je considère que j'ai des choses plus importantes à faire que de l'immobilier".

seb/ple/fw

PLUS:hp