NOUVELLES

Ottawa veut réduire la protection des rorquals à bosse

22/04/2014 02:11 EDT | Actualisé 22/04/2014 02:17 EDT
Radio Canada

Le gouvernement canadien tente de réduire la protection de l'habitat des rorquals à bosse, au moment où il doit décider du projet d'oléoduc Northern Gateway, qui doit justement passer dans cet habitat.

La ministre de l'Environnement du Canada, Leona Aglukkaq, sous l'avis de la ministre des Pêches et des Océans Gail Shea, veut faire décréter que la population de rorquals à bosse du Pacifique Nord soit désignée « espèce préoccupante » plutôt qu'« espèce menacée », en vertu de la Loi sur les espèces en péril. La recommandation a été publiée samedi dans la Gazette du Canada.

La population de cette espèce de baleine a augmenté de façon importante depuis qu'elle a été placée sur la liste des espèces menacées en 2005, dit une déclaration appuyant la recommandation. La déclaration ajoute qu'une évaluation indépendante en 2011 a aussi démontré une augmentation et que le gouvernement de Colombie-Britannique approuve le décret.

Selon la directrice générale de Living Oceans Society, Karen Wristen, la décision fédérale n'a « aucun fondement scientifique et constitue uniquement une manoeuvre politique pour faciliter l'approbation du pipeline [Northern Gateway] ».

Le changement de classification voudrait dire que le gouvernement n'aurait plus à protéger un habitat déclaré essentiel pour le rétablissement de la population de baleines, explique Mme Wristen. Actuellement, cet habitat essentiel est constitué de zones entourant la ville portuaire de Kitimat, là où l'oléoduc Northern Gateway amènerait le pétrole de l'Alberta.

Mme Wristen craint que les bateaux qui partiront du port de Kitimat, chargés de pétrole, puissent heurter et tuer les rorquals. Elle évoque aussi le risque de déversement dans l'habitat où ces animaux se nourrissent et élèvent leurs petits. Elle craint également que le bruit provoqué par les bateaux ne trouble la capacité des cétacés à se nourrir et à s'occuper de leur progéniture.

Le gouvernement fédéral doit rendre sa décision sur le projet de pipeline d'ici la fin juin. En décembre dernier, un comité d'examen conjoint lui a recommandé d'approuver Northern Gateway à 209 conditions.

En janvier, Living Oceans Society, Ecojustice, ForestEthics Advocacy et Raincoast Conservation Foundation ont lancé une poursuite pour bloquer l'approbation gouvernementale du projet d'oléoduc. Selon les organismes, le rapport soutenant l'approbation était erroné, en partie parce qu'il ne prenait pas en considération les mesures de protection des rorquals à bosse contenues dans la loi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 100 espèces les plus menacées dans le monde