NOUVELLES

Cruauté animale à Pont-Rouge : la SPCA mène une enquête criminelle

22/04/2014 08:55 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) confirme avoir ouvert une enquête criminelle à la demande de Mercy For Animals Canada sur des actes de maltraitance que l'organisme dit avoir observés avec une caméra cachée dans un élevage de veaux de Pont-Rouge.

La SPCA mène cette enquête après qu'un enquêteur de Mercy For Animals Canada ait révélé ces derniers jours les pratiques controversées de cette ferme d'élevage, qui est située sur la route Grand-Capsa.

L'enquêteur en question a travaillé pendant deux mois dans cet élevage de 800 veaux. Il y a tourné des images qui montrent, entre autres, des travailleurs battre et électrocuter les bêtes.

Anita Kapuscinska, porte-parole de la SPCA, a fait savoir mardi matin que l'organisme a tous les pouvoirs pour mener une enquête criminelle dans ce dossier.

« Nous, à la SPCA de Montréal, nous avons des inspecteurs qui ont les mêmes droits que les policiers quand ça vient aux enquêtes criminelles. Donc, les inspecteurs sont en train de faire les démarches », a-t-elle expliqué.

La cruauté animale est passible d'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

De son côté, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) refuse, pour le moment, de commenter ce cas précis de cruauté animale.

La mise au jour des pratiques controversées de cette ferme de Pont-Rouge a déjà suscité plusieurs réactions. La Fédération des producteurs de bovins du Québec a jugé inacceptable la situation. Elle a néanmoins tenu à se faire rassurante et parle d'un cas isolé.

Pour sa part, l'entreprise Délimax de Saint-Hyacinthe, qui fournit des services à la ferme d'élevage de Pont-Rouge, a tenu à se dissocier de ce cas de cruauté animale.

Les voisins qui habitent près de la ferme d'élevage se sont pour leur part dits très surpris qu'une telle affaire se déroule dans leur municipalité.

PLUS:rc