NOUVELLES

Production d'éthanol : les résidus de maïs devraient rester au sol

21/04/2014 04:58 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT

Les bénéfices qu'apporte l'utilisation de biogaz provenant de résidus de maïs sont remis en doute par une étude réalisée conjointement par des chercheurs des universités du Nebraska et de Lincoln.

Ceux-ci affirment que le ramassage de ces résidus fait s'échapper le carbone contenu dans le sol, ce qui pourrait générer plus de gaz à effet de serre que l'utilisation de carburant provenant du pétrole.

La culture du maïs à des fins de production d'éthanol a été souvent critiquée ces dernières années. Ses détracteurs affirment entre autres qu'utiliser des terres pour cultiver des denrées qui vont servir à des carburants mène à la destruction des forêts, des zones humides et des surfaces vertes qui emmagasinent des quantités de carbone.

Par contre, les tiges, les feuilles et les épis de maïs restés dans les champs après la moisson étaient considérés comme des sources de cellulose intéressante pour la production d'éthanol.

L'étude publiée dans le journal Nature Climate Change remet toutefois en question l'opportunité d'utiliser ces résidus agricoles.

En utilisant un ordinateur pour estimer l'effet du ramassage des résidus de maïs sur 128 millions d'acres répartis sur 12 États de la Corn Belt, aux États-Unis, l'équipe de chercheurs est venue à la conclusion que ce ramassage, en augmentant la quantité de carbone émise par le sol, faisait aussi augmenter de façon importante les émissions de gaz à effet de serre de la région.

Ils affirment que sur un an, les émissions de gaz à effet de serre provenant d'un biogaz produit à partir de ces résidus de maïs seraient de 7 % plus importante que les gaz émis par un carburant fabriqué à base de pétrole.

PLUS:rc