NOUVELLES

Naufrage en Corée du Sud: la présidente Park Geun-hye blâme l'équipage du traversier

21/04/2014 11:01 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT
AFP

JINDO, Corée du Sud - La présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, a déclaré lundi que le capitaine et certains membres de l'équipage du traversier qui a fait naufrage mercredi dernier ont commis des gestes «impardonnables» et «meurtriers», alors que les critiques sur la façon dont son gouvernement a géré la crise se font de plus en plus vives.

Les autorités ont annoncé mardi, heure locale, que le nombre de victimes s'élevait à 104. Ce bilan s'alourdit rapidement depuis que les plongeurs sont parvenus à trouver un moyen pour entrer à l'intérieur de l'épave au cours du week-end.

Le capitaine avait initialement demandé aux passagers de demeurer dans leurs cabines alors que le traversier Sewol prenait l'eau. Il a attendu plus de 30 minutes avant d'ordonner l'évacuation du navire.

À ce moment, le bateau était tellement incliné que les quelque 200 passagers manquant toujours à l'appel n'auraient tout simplement pas été en mesure de se sauver.

La présidente sud-coréenne a affirmé lundi lors d'une rencontre avec son cabinet que le comportement du capitaine et de certains des membres de son équipage était «incompréhensible, impardonnable et meurtrier». Ces commentaires ont été publiés sur le site web présidentiel.

Au lieu de suivre les instructions du contrôleur de la circulation maritime, qui ordonnait l'évacuation du navire, le capitaine a dit aux passagers de rester sur place, a dénoncé la présidente, selon qui il s'agit là d'un «acte inimaginable», tant sur le plan «éthique» que sur le plan «légal».

Le capitaine du bateau, Lee Joon-seok, et deux membres d'équipage ont été arrêtés à la suite de cette tragédie.

L'homme âgé de 68 ans est accusé d'avoir abandonné des gens qui avaient besoin d'aide et de secours. Il aurait quitté le traversier avant les passagers.

Il a présenté ses excuses à la population de la Corée du Sud et aux familles des victimes, samedi matin, mais a tout de même défendu sa décision d'avoir attendu environ 30 minutes avant d'ordonner l'évacuation du navire.

«À ce moment, le courant était très fort, la température de l'eau était basse, et je croyais que si les passagers évacuaient sans faire preuve d'un jugement (approprié), s'ils ne portaient pas de veste de flottaison — et même s'ils en portaient une —, qu'ils dériveraient et feraient face à d'autres difficultés», a-t-il expliqué.

La majorité des quelque 250 passagers qui manquent toujours à l'appel sont des étudiants d'une école secondaire située près de Séoul qui se rendaient sur l'île touristique de Jeju, au sud du pays.

INOLTRE SU HUFFPOST

Naufrage d'un ferry en Corée du Sud