NOUVELLES

L'opposition syrienne qualifie de "farce" le futur scrutin présidentiel

21/04/2014 01:54 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

L'opposition syrienne a qualifié lundi de "farce" le scrutin présidentiel en Syrie, qui aura lieu le 3 juin malgré le conflit sanglant ravageant le pays et qui devrait conduire à la réélection de Bachar al-Assad.

"L'annonce aujourd'hui du régime d'Assad, qu'une 'élection présidentielle' sera organisée en juin, devrait être considérée comme une farce et rejetée par la communauté internationale", a estimé le bureau du chef de la Coalition nationale de l'opposition, Ahmad Jarba, dans un communiqué.

"Alors que de vastes secteurs de la Syrie ont été complètement détruits par l'aviation, l'armée et les milices d'Assad ces trois dernières années et qu'un tiers de la population est déplacée dans le pays ou (hébergée) dans des camps de réfugiés dans la région, il n'y a pas de corps électoral en Syrie capable d'exercer son droit de vote", a-t-il ajouté.

Le conflit, débuté par une révolte pacifique devenue insurrection armée face à la répression, a fait plus de 150.000 morts, selon une ONG syrienne, et des millions de déplacés et réfugiés.

Le président du Parlement Mohammad al-Laham a annoncé lundi que malgré les violences, une élection présidentielle se tiendrait le 3 juin en Syrie et le 28 mai pour les Syriens vivant à l'étranger, promettant un scrutin "libre et juste".

Selon les clauses approuvées par le Parlement, le futur président doit avoir vécu en Syrie de manière continue ces 10 dernières années, et tout candidat doit obtenir le soutien d'au moins 35 des 250 députés, rendant quasiment impossible la candidature d'un opposant de l'extérieur, et très difficile celle d'un opposant de l'intérieur.

M. Assad, qui a succédé à son père Hafez à sa mort en 2000, a affirmé en janvier à l'AFP qu'il y avait "de fortes chances" qu'il se représente.

Soulignant que "depuis 1963, il n'y a pas eu d'élections transparentes", un membre de la Coalition nationale de l'opposition en exil, Samir Nashar, a déclaré à l'AFP que ce scrutin ne "sera qu'une simple perpétuation du passé".

"Assad essaie d'envoyer le message, aux Syriens et au reste du monde, qu'il n'abandonnera pas le pouvoir et continuera à lutter contre les forces révolutionnaires", a-t-il ajouté.

"Quelle personne censée peut imaginer qu'une élection puisse se tenir quand 80% du pays est devenu une zone sinistrée? La vérité est que la plupart des gens considèrent (cette annonce) comme une blague", a indiqué pour sa part à l'AFP via internet Mouhannad Abou al-Zein, un militant dans la zone de Daraya, tenue par les rebelles et que l'armée bombarde depuis plus d'un an.

ser/cco/cbo

PLUS:hp