DIVERTISSEMENT

«Vivre debout» de Gilles Vigneault : ne jamais se taire

20/04/2014 08:28 EDT | Actualisé 20/04/2014 08:31 EDT
PC

Toujours droit comme un chêne à 85 ans, Gilles Vigneault a présenté plus tôt cette semaine Vivre debout, un nouvel album porteur de messages et de souvenirs chers à son cœur.

En pleine forme, plus en verve que bien des jeunes orateurs, le poète a encore des choses à dire. Et il n’a pas l’intention de se taire. Mais il ne gueule pas. Il ne vocifère pas. Il ne l’a jamais fait. Il préfère transmettre ses convictions dans la douceur et le respect. Cette fois, il les décline sur des musiques aux sonorités actuelles, réalisées par Daniel Lavoie.

«Depuis 55 ans, je dis assez souvent les mêmes choses. Je continue pour qu’elles soient comprises», a expliqué Monsieur Vigneault, sourire aux lèvres, à la horde de journalistes massés autour de lui lors du lancement de l’opus, lundi dernier.

«C’est prétentieux de s’attendre à ce que nos paroles soient tout le temps comprises. Dans notre métier, il faut faire des disques avec autant d’humilité que possible. Même si l’humilité n’est pas toujours notre qualité première! (rires)»

Gilles Vigneault demeure fidèle à lui-même malgré le temps qui passe et Vivre debout reflète les préoccupations qui l’habitent aujourd’hui, l’ont tenaillé hier et le hanteront encore demain. Pour le voyage illustre un rêve d’enfant. Tu chantais est un hommage à une femme qui l’a marqué. Berceuse pour une poupée est simplement une berceuse, parce que Gilles Vigneault aime les berceuses et qu’il en fallait une sur le disque. Uranium est un coup de chapeau à la population de Natashquan qui a refusé d’autoriser le développement d’uranium contenu dans son sous-sol. L’isoloir est une incitation à l’engagement, la prise de parole citoyenne, et une ode à la «biodiversité humaine», celle de la langue et de la culture. Mais s’il est un texte que Vigneault voudrait voir s’imprégner dans la mémoire collective, c’est L’inventaire.

«C’est un petit bilan provisoire, a détaillé l’auteur. J’y passe d’un inventaire personnel à un inventaire du monde. Je voudrais faire réaliser qu’on est en train de massacrer un vaisseau spatial extraordinaire, qui est la terre, et qui peut nourrir 12, 15 milliards d’individus, mais qu’un enfant sur 10 meurt de faim et de soif à toutes les secondes. C’est épouvantable, de penser à ça! C’est un génocide. Et on reste indifférents. On veut continuer d’exploiter tous les gaz de schiste imaginables, de n’importe quelle façon…»

«J’aimerais que la jeunesse soit sensible à ceux qui lui parlent sérieusement d’environnement, a poursuivi le monument. Les Hubert Reeves, les Albert Jacquard, les Fernand Séguin… Beaucoup de gens ont étudié la chose et nous ont dit de faire attention à notre vaisseau spatial. Il est merveilleux, mais ne sera pas éternel. À un moment donné, nos petits-enfants vont avoir de la misère! Aujourd’hui, tous les savants de la NASA nous disent que les catastrophes, dans le monde, vont être de plus en plus nombreuses, de plus en plus extrêmes, et que c’est de la faute de la façon dont les humains se conduisent envers la planète.»

Un bon guide

De sa collaboration avec Daniel Lavoie, Gilles Vigneault retient une image forte : celle d’une promenade dans le bois qu’il aurait effectué avec un guide sécurisant, qui aurait tenu la lampe de poche à sa place.

«J’avais un gars, Daniel Lavoie, qui marchait en avant de moi. Il me disait : là, on ne se mouillera pas les pieds. Là, fais attention, on va avoir les branches dans les yeux. Il était en avant, et il me guidait. C’est ça, un réalisateur. C’est un guide, un berger, qui mène le reste du troupeau, l’auteur-compositeur, le chanteur, les musiciens…»

Et cette balade dans cette complexe forêt qu’est le studio d’enregistrement n’angoissait pas Gilles Vigneault. Un grand artiste comme lui ne craint plus d’offrir ses airs et ses mots au public. Mais… Il y a toujours un «mais».

«J’étais nerveux quand j’écrivais les textes, a admis la légende d’un ton amusé. Mais je ne suis jamais nerveux quand je les présente, ces textes. Parce qu’après, c’est trop tard!»

L’album Vivre debout est présentement en vente.

INOLTRE SU HUFFPOST

Lancement des berceuses de Gilles Vigneault