NOUVELLES

Une décision qui fait jaser

20/04/2014 11:58 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT

Le but refusé à Ryan Callahan en deuxième période du match de dimanche, à Montréal, a longuement fait jaser après la rencontre, remportée 3-2 par le Canadien.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

C'était alors 1-1 et le Lightning prenait tranquillement l'ascendant dans la rencontre, après une première période couci-couça. Au terme d'un jeu un peu fou en zone du Canadien, le but de Callahan a été refusé, sous prétexte que Price avait été victime d'obstruction.

Voici comment l'entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper, dit avoir vu la séquence.

« Je vois Alex Killorn foncer vers le gardien et tomber dans le filet, explique-t-il. À mes yeux, je vois P.K. Subban le retenir là, je vois Price qui semble sauter sur lui, et puis Killorn finit par sortir du filet. Je ne sais pas combien de secondes passent, et la rondelle se retrouve dans le filet. C'est ainsi que je l'ai vu.

« J'étais fâché tantôt et je le suis encore. C'est simplement mon opinion, je vais laisser l'opinion publique s'occuper du reste. »

Le règlement

À la reprise, c'est effectivement Price qui entre en contact avec Killorn, en tentant de se replacer pour la suite du jeu.

« Le joueur était dans mon demi-cercle et c'est pourquoi j'ai trébuché sur lui », s'est justifié Price.

Or, les officiels Francis Charron et Paul Devorski ont visiblement appliqué le règlement 69.3 de la LNH. Voici ce que le livre dit à ce sujet.

« Si un gardien, en tentant de se replacer dans son demi-cercle, provoque un contact avec un adversaire qui est dans le demi-cercle, et que le résultat est que le gardien est incapable de défendre son filet, et qu'un but est marqué, le but doit être refusé. »

La nuance

Sur Twitter, les anciens arbitres Stéphane Auger et Kerry Fraser ont tous écrit qu'ils croyaient que les officiels avaient rendu la bonne décision. Fraser y a toutefois été d'une nuance intéressante.

« Carey Price connaît ce règlement et s'en sert mieux que tout autre gardien de la ligue. C'est le règlement et je ne veux pas en débattre davantage! », a-t-il écrit.

Avocat de formation, Cooper sait mieux que quiconque que les règlements peuvent être nuancés. C'est pourquoi il a ensuite été prudent dans ses propos.

« Ne me faites pas paraître amer, je ne le suis pas. Ça se passait vite et j'apprécie le fait que l'arbitre ait été aussi déterminé dans sa décision. Il croyait en ce qu'il disait. J'aime mieux ça qu'un arbitre qui vient s'excuser en disant qu'il s'est trompé. »

Généralement posé, Cooper se mordait les lèvres pour ne pas livrer le fond de sa pensée. Quelques minutes avant le but refusé, Steven Stamkos croyait bien partir en échappée, mais les juges de ligne ont signalé un hors-jeu, une autre séquence que l'entraîneur a soulignée dans son point de presse.

« Tout le monde est humain, le jeu se déroule vite, a rappelé Cooper. Il y a eu des hors-jeu pour nous, d'autres contre. C'est juste dommage que ça arrive dans un match aussi important des séries. »

Le mot « important » n'est pas exagéré, puisque le Canadien mène maintenant la série 3-0 et pourrait passer au deuxième tour mardi.

PLUS:rc