NOUVELLES

Syrie: Assad se rend à Maaloula reconquise par l'armée pour la fête de Pâques (TV d'Etat)

20/04/2014 05:07 EDT | Actualisé 19/06/2014 05:12 EDT

Le président syrien Bachar al-Assad a effectué dimanche un rare déplacement à l'occasion de la fête de Pâques en se rendant à Maaloula, localité chrétienne reprise aux rebelles par l'armée en début de semaine, selon la télévision d'Etat.

"Le jour de la résurrection du Christ, et du coeur de Maaloula, le président Assad souhaite de joyeuses Pâques à tous les Syriens, et le rétablissement de la paix et de la sécurité à l'ensemble de la Syrie", a annoncé la chaîne dans un bandeau diffusé en bas de l'écran, sans cependant montrer d'images.

"Le président Assad s'est rendu au monastère de Mar Sarkis (Saint Serge et Bacchus) et a inspecté les dégâts et les destructions occasionnés par les terroristes", a ajouté la chaîne. Le terme "terroriste" est utilisé par le régime pour désigner les rebelles qui cherchent depuis trois ans à le renverser.

"Même le pire des terroristes ne peut annihiler notre héritage et notre civilisation", a affirmé M. Assad, cité par la télévision d'Etat.

"Maaloula, comme les autres sites de l'humanité et de la civilisation syriennes, résistera toujours face à la barbarie et à l'obscurantisme qui visent la patrie", a-t-il ajouté.

La page de la présidence syrienne sur Facebook a montré une photo de M. Assad au côté d'un dignitaire chrétien en tenant entre les mains ce qui semble être des fresques endommagées de la Vierge et de Jésus.

Tout au long du conflit qui ravage la Syrie depuis trois ans, le régime de M. Assad s'est posé en "protecteur" des minorités religieuses face à ceux qu'il qualifie de "terroristes extrémistes".

L'opposition syrienne de son côté qualifie ce discours de propagande, dénonçant la brutalité des troupes gouvernementales dans ce conflit qui a fait plus de 150.000 morts selon une ONG. Elle soutient que le régime utilise la carte des minorités pour se présenter aux yeux de l'Occident comme la seule alternative face aux rebelles.

Le monastère de Mar Sarkis, fondé à la fin du Ve siècle, est un des plus anciens du Moyen-Orient. Il est dédié à Serge et Bacchus, officiers romains martyrisés en raison de leur foi sous le règne de l'empereur Maximien Galère (250-311).

Lundi, l'armée syrienne, appuyée par le mouvement libanais Hezbollah, a repris cette localité chrétienne au nord de Damas, connue pour ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme et pour le fait que ses habitants parlent l'araméen, la langue du Christ, selon la tradition.

Des rebelles, dont des jihadistes du Front al-Nosra affiliés à Al-Qaïda, s'étaient emparés de Maaloula début décembre. Ils avaient alors enlevé 13 religieuses, qui ont été libérées en mars lors d'un échange de prisonniers.

Le président syrien effectue de rares apparitions en public depuis le début du conflit en mars 2011 qui avait débuté par une révolte pacifique écrasée dans le sang par le régime.

En mars 2012, il a visité Baba Amr, ex-bastion rebelle de Homs (centre) tombé aux mains de l'armée. En août dernier, il s'était rendu à Daraya, près de Damas.

Le 13 avril, il avait évoqué un "tournant" dans la guerre en faveur du régime.

Ces dernières semaines, les rebelles ont subi des revers, en particulier dans la région du Qalamoun, à la lisière du Liban, mais ils ont réalisé des avancées dans la région côtière de Lattaquié, fief du président Assad.

Les chrétiens, qui sont restés relativement neutres dans le conflit, représentent 5% de la population syrienne. Ils ont vu d'un oeil inquiet la montée en puissance de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda parmi les rebelles.

bur-ram/sw

PLUS:hp