NOUVELLES

À la veille du marathon de Boston, la sécurité rappelle la tragédie de 2013

20/04/2014 07:44 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
A crowd gathers at the finish line of the Boston Marathon in Boston for a Sports Illustrated photo shoot before the one-year anniversary of the Boston Marathon bombings, Saturday, April 12, 2014. (AP Photo/Michael Dwyer)

BOSTON - À bien des égards, la journée de dimanche a ressemblé à n'importe quelle autre veille de marathon de Boston.

Des familles ont souligné la fête de Pâques, des clients attablés à des terrasses se laissaient gâter par la météo printanière, et des coureurs - facilement identifiables par leur taille mince et leurs vestes aux couleurs éclatantes - se procuraient leurs dernières fournitures en vue d'une course qui accueillera le deuxième plus fort total de participants de sa glorieuse histoire.

Mais même si les participants pensaient déjà à la joie que leur procurera le fait de se pointer à la ligne d'arrivée, une certaine tristesse venait déranger l'atmosphère festive qui régnait alors que des coureurs, des membres de familles et des spectateurs se remémoraient le double attentat à la bombe qui a fait trois morts et 260 blessés vers la fin de la course, il y a un an.

Les participants au marathon de lundi ont été bénis lors d'une émouvante messe qui a permis de célébrer la fête de Pâques et de rendre hommage aux victimes, pendant que des mesures accrues de sécurité, incluant une fouille des sacs, étaient mises en place.

Gisele Goldstein, une dame de 55 ans du Tennessee qui se prépare à participer à son 12e marathon de Boston, a noté cette tristesse autour d'elle. Son amie Nanette Farris, de Memphis, a par ailleurs confié que plusieurs personnes étaient surprises qu'elle veuille retourner à Boston pour prendre part à son deuxième marathon.

Mais ces «sceptiques» n'étaient pas des coureurs, cependant, et ceux qu'elle connaît ne voyaient pas les choses du même oeil.

«Si vous êtes un coureur, vous voulez leur montrer que personne ne nous privera de cela, a déclaré Mme Farris. Une fois que c'est arrivé, tout le monde voulait se qualifier pour Boston.»

Malgré cela, il y a eu des moments de tension — notamment lorsqu'une alarme a retenti, vendredi, pendant l'Exposition des coureurs au Centre des congrès Hynes. Les gens étaient perturbés, a observé Mme Goldstein, même s'il ne s'agissait que d'un test.

Benoît Rancourt, 64 ans, de Sainte-Germaine-Boulé, au Québec, en sera à sa huitième participation au marathon de Boston, lundi, et il sera accompagné de ses trois frères cadets.

«Nous allons acheter de la bière pour la fête qui suivra la course!, a-t-il lancé. Nous verrons, demain, avec les spectateurs des deux côtés de la route - la sensation sera merveilleuse!»

INOLTRE SU HUFFPOST

Dear World: à la ligne d'arrivée du marathon de Boston