NOUVELLES

Eugenie Bouchard offre une victoire historique au Canada en Fed Cup

20/04/2014 02:40 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Eugenie Bouchard, of Canada, serves against Sara Errani, of Italy, in their match at the BNP Paribas Open tennis tournament, Sunday, March 9, 2014, in Indian Wells, Calif. Bouchard won 6-3, 6-3. (AP Photo/Mark J. Terrill)

QUÉBEC - Les joueuses canadiennes de la Fed Cup peuvent dire mission accomplie. Leur tête d'affiche Eugenie Bouchard a concrétisé la victoire historique du tennis canadien, dimanche après-midi.

Bouchard a eu besoin d'une heure et demie pour venir à bout de la tenace Jana Cepelova 7-6 (6) et 6-3, procurant une avance insurmontable de 3-0 au Canada dans son match de barrage de la Fed Cup contre la Slovaquie.

Le Canada s'assure ainsi de sa place au sein du Groupe mondial I, regroupant les huit meilleures nations du tennis, en 2015.

Bouchard, 18e joueuse mondiale, a signé sa 11e victoire en Fed Cup et, sans contredit, sa plus significative.

«J'ai disputé plusieurs matchs de la Fed Cup au cours des deux dernières années et je suis fière d'avoir aidé le Canada à se hisser au sein du Groupe mondial, a commenté la joueuse de Westmount. C'est toute une réalisation pour le Canada de faire partie des meilleures nations au tennis féminin.»

Les Canadiennes avaient pris une option sur la victoire finale en enlevant les deux premiers simples, samedi, à l'amphithéâtre du PEPS de l'Université Laval, à Québec. La Blainvilloise Aleksandra Wozniak et Bouchard l'avaient respectivement emporté face à Cepelova et Kristina Kucova.

«C'est mission accomplie, a confié Wonziak, membre assidue de l'équipe de Fed Cup depuis dix ans. Nous avons travaillé fort en fin de semaine. Nous avions une grande opportunité devant nous et nous avons offert notre meilleur tennis.

«C'est comme un rêve qui se réalise. Le Canada vient de loin. C'est un long parcours et, finalement, nous sommes dans le Groupe mondial I.»

Les Canadiennes devront maintenant patienter jusqu'en février l'année prochaine pour disputer leur premier match au sein du Groupe mondial I. L'identité de leur adversaire reste à déterminer — le tableau des confrontations 2015 sera fixé le 4 juin pendant le tournoi de Roland-Garros, en France.

«Nous sommes ravis du résultat, a analysé le capitaine canadien, Sylvain Bruneau. Nous savions que ce serait difficile. Nous avons réussi à gagner 3-0. Quand on regarde toutes les manches où nous tirions de l'arrière, les filles ont démontré énormément de ténacité, de détermination. Le dos au mur, elles ont bien répondu.»

La Slovaquie a évité le balayage en fin d'après-midi en gagnant le double. Le duo de Janette Husarova et Anna Karolina Schmiedlova a gagné 6-4, 5-7, 11-9 contre Sharon Fichman et Gabriela Dabrowski.

Avec cette victoire, le Canada venge sa défaite de 1997 contre la Slovaquie. Lors de ce précédent duel entre les deux pays dans un match de barrage du Groupe mondial II, la Slovaquie avait pris la mesure du Canada 5-0. L'équipe canadienne était alors composée de Patricia Hy-Boulais, Sonya Jeyaseelan et Rene Simpson Collins.

Problème d'adaptation

Bouchard, âgée de 20 ans, a reconnu qu'elle n'avait pas offert son meilleur tennis, dimanche, contre Cepelova, classée 52e au monde et une joueuse en nette progression.

«J'ai trouvé ça un peu difficile, a-t-elle reconnu. Parfois, je ne me sentais pas si bien que ça sur le court. Mais je suis fière d'avoir bataillé et d'avoir haussé mon niveau quand il le fallait.»

Elle a aussi noté que l'adaptation entre la terre battue — sur laquelle elle a joué ces deux dernières semaines — et la surface dure du PEPS n'avait pas facilité les choses pour elle.

Même si elle apprécie grandement représenter son pays à la Fed Cup, Bouchard n'a pas voulu s'engager pour 2015.

«Je vais voir l'année prochaine. C'est difficile de dire aujourd'hui si je serai là en février. Mais si la Fed Cup peut se concilier avec mon horaire, j'aimerais bien sûr y être. Mais c'est parfois difficile parce que je dois aussi me concentrer sur la saison des tournois de la WTA. Cela peut le devenir encore davantage s'il faut voyager loin pour la Fed Cup.»

La «Genie Army»

La popularité de Bouchard est désormais planétaire depuis son beau parcours aux Internationaux d'Australie en janvier. Et elle a pu constater en fin de semaine que la frénésie de la «Genie Army» a gagné le Québec. Après sa victoire, elle a reçu quelques autres peluches pour ajouter à sa collection, soit un pingouin, une girafe et un cochon.

«Je commence à avoir une belle collection d'animaux. Je pense que je vais faire quelque chose de 'cool' avec quand je vais avoir le temps. Les fans sont vraiment incroyables. Ceux d'ici et d'ailleurs savent tous que la 'Genie Army' a commencé en Australie. Ils se parlent entre eux et ils poursuivent la tradition. J'adore ça.»

Bouchard n'aura guère le temps de célébrer sa victoire puisqu'elle repart pour l'Europe cette semaine en vue des tournois sur terre battue.

«Je pars pour le Portugal mercredi soir où je vais me préparer sur terre battue pour Roland-Garros. J'ai prévu disputer quatre tournois de suite avant Roland Garros. J'aime disputer le plus de tournois et c'est ce que j'entends faire. Je vais jouer à Madrid et à Rome, des tournois que je ne pouvais pas disputer l'année dernière à cause de mon classement. Je suis excitée à l'idée de jouer dans ces belles villes.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Eugenie Bouchard a fait la fierté du Québec