NOUVELLES

Tragédies en mer : le Sewol et le Costa Concordia

19/04/2014 08:41 EDT | Actualisé 19/06/2014 05:12 EDT

Les causes sont peut-être différentes et le bilan sera sans doute beaucoup plus élevé, mais plusieurs similitudes apparaissent entre la tragédie du Sewol en Corée du Sud cette semaine et celle du Costa Concordia en 2012.

"Un nouveau Schettino en Corée" : nombre de quotidiens italiens font le parallèle entre leur capitaine, poursuivi pour homicide et abandon de son navire lors du naufrage qui avait fait 32 morts, et Lee Joon-Seok, arrêté samedi matin avec deux autres membres d'équipage, après un drame dont le bilan s'élève pour l'instant à 28 morts et 268 disparus.

Voici cinq similitudes entre les deux catastrophes :

1. Capitaine responsable?

Le commandant Francesco Schettino était en train de boire avec des amis au moment où le paquebot de croisière a heurté un rocher. Il était sur le pont, mais au cours de son procès, toujours en cours, des témoins ont dit l'avoir senti distrait et ne donnant pas du tout l'impression de contrôler la situation.

Ses avocats affirment que c'est le timonier indonésien, qui a, à deux reprises, mal compris les ordres que lui étaient donnés. Mais les experts estiment qu'en tout état de cause, compte tenu de la vitesse de l'énorme navire si près des côtes, l'accident était inévitable.

Dans le cas sud-coréen, Lee a confirmé qu'il n'était pas à la barre au moment de l'accident -selon l'accusation, c'était le troisième officier- et est ensuite remonté de sa cabine vers le pont.

2. Accusations de retard:

Quant le Costa Concordia a heurté un rocher tout près de l'île toscane du Giglio et commencé à sombrer, consigne a été donnée aux passagers pris de panique de mettre leurs gilets de sauvetage mais de rester dans leurs cabines.

L'ordre d'abandonner le navire n'est venu que plus d'une heure plus tard lorsque ce dernier était quasiment couché sur le flanc, ce qui a rendu les opérations d'évacuation beaucoup plus difficiles, notamment parce qu'il n'était plus possible de décrocher certaines chaloupes de sauvetage.

Dans le cas du Sewol, les passagers ont reçu la consigne de ne pas bouger de leur siège ou leur cabine après que le ferry s'est immobilisé. Et ce, pendant 40 minutes. Interrogé à ce sujet, le capitaine Lee a affirmé qu'il s'agissait d'une mesure de sécurité car il n'y avait pas d'autres navires alentour. "J'ai pensé que les passagers seraient emportés et se trouveraient en difficulté s'ils évacuaient dans le désordre", a-t-il expliqué.

3. Navire abandonné par son capitaine?

Parmi les accusations qui pèsent sur Schettino figure "l'abandon de navire". Le capitaine a assuré qu'il avait glissé dans une chaloupe de sauvetage et était mieux à même de coordonner les secours depuis le rivage.

Captain Lee et ses 28 membres d'équipage, dont la plupart ont survécu à la catastrophe, ont été fortement critiqués pour avoir été, selon des témoignages, parmi les premiers à quitter le navire en détresse.

4. Navire renversé:

L'image du Sewol renversé sur le flanc au large de la côte sud-ouest de la péninsule coréenne ont ravivé le souvenir de l'énorme épave du Costa Concordia couchée devant le port du Giglio.

Des survivants des deux catastrophes ont fait le même récit terrifiant, racontant les difficultés pour se déplacer dans un bateau renversé à 90 degrés, avec les objets qui tombent, les murs qui deviennent des planchers, et des couloirs transformés en terribles toboggans.

5. Secours difficiles:

Tant en Italie qu'en Corée du Sud, les plongeurs ont eu énormément de mal à pénétrer à l'intérieur du navire et à se frayer un passage, avec une visibilité dans l'eau très limitée.

Les plongeurs sud-coréens ont finalement pu pénétrer dans le navire plus de 48 heures après le naufrage. Certains ont raconté : "on peut à peine voir sa main devant son visage".

Pour le Costa Concordia, les secouristes qui ont pu entrer dans l'épave utilisaient des cordes pour retrouver leur chemin au retour dans un "labyrinthe" où la visibilité n'excédait pas 10 cm. Parmi les 32 personnes qui ont trouvé la mort dans la tragédie, un serveur de nationalité indienne n'a jamais été retrouvé.

dt/mle/abk

PLUS:hp