NOUVELLES

Wozniak et Bouchard offrent une avance de 2-0 au Canada en Fed Cup

19/04/2014 05:32 EDT | Actualisé 19/06/2014 05:12 EDT
JOE KLAMAR via Getty Images
Canada's Aleksandra Wozniak returns a ball to Li Na of China during the BNP Paribas Open at Indian Wells Tennis Garden on March 11, 2014 in Indian Wells, California. Li Na won 6:1 and 6:4. AFP PHOTO/Joe KLAMAR (Photo credit should read JOE KLAMAR/AFP/Getty Images)

QUÉBEC - Le Canada ne s'est jamais retrouvé aussi près d'accéder au Groupe mondial de la Fed Cup. Aleksandra Wozniak et Eugenie Bouchard ont offert à leur pays une avance de 2-0 dans leur duel de barrage contre la Slovaquie.

Les Canadiennes ne sont plus qu'à une victoire de faire l'histoire. Et elles auront trois occasions d'y parvenir, dimanche, à l'amphithéâtre du PEPS de l'Université Laval, avec la présentation des simples inversés et du double.

Wozniak, de Blainville, et Bouchard, de Westmount, ne l'ont toutefois pas eu facile, samedi. La première est revenue de l'arrière pour vaincre Jana Cepelova 4-6, 7-5, 7-5 tandis que Bouchard, 18e joueuse mondiale, a disposé non sans mal de Kristina Kucova 7-6 (0), 2-6, 6-1.

Grâce à ce doublé, les Canadiennes frappent à la porte du groupe des huit meilleures nations du tennis pour la première fois de l'histoire.

«Une priorité de 2-0, c'est le scénario idéal après la journée du samedi», a reconnu le capitaine de la formation canadienne, Sylvain Bruneau.

Dimanche, Bouchard aura la possibilité de concrétiser la victoire du Canada en disputant le premier simple de la journée contre Cepelova.

«Dans ma tête, ce n'est qu'un match comme les autres, a prévenu Bouchard, qui arborait de nouveau le drapeau canadien sur sa joue droite lors de son match. Je ne vais pas penser à l'histoire ou à autre chose. Je vais me concentrer sur mon jeu et sur la façon d'essayer de battre mon adversaire.»

Dans le camp slovaque, on se refuse à jeter la serviette malgré l'ampleur de la mission. Le capitaine Matej Liptak a rappelé que son équipe avait pris une avance de 2-0 l'an dernier en demi-finale de la Fed Cup pour finalement s'incliner 3-2 face à la Russie.

Wozniak s'accroche

Wozniak a démontré une fois encore qu'elle est une vraie battante en arrachant le premier point du Canada.

Ce fut loin d'être une sinécure pour la joueuse de 26 ans qui a dû s'échiner pendant deux heures et 22 minutes avant de venir à bout de Cepelova devant quelque 2700 bruyants partisans.

Wozniak a rarement mené dans ce match, accusant même des déficits de 5-2 au deuxième set et de 5-3 au troisième. Mais à chaque fois, elle a su s'accrocher et inscrire les points qui ont fait la différence. Elle a réussi huit as, qui ont compensé pour ses six doubles fautes.

«Ce match en était un de détermination et de persévérance, a-t-elle avoué en salle de conférence une trentaine de minutes après sa victoire. Ça porte fruit quand tu ne lâches pas et que tu te bats sur chaque point. Je me suis battue sur chaque point et j'ai vraiment tout donné aujourd'hui.»

Sa recette fait merveille. Elle avait réussi un tour de force semblable en février contre la Serbie, signant également à cette occasion la première victoire du Canada face à Vesna Dolonc (7-5, 2-6, 6-4).

«Le premier match en Fed Cup, c'est toujours difficile. Tu ne joues pas pour toi mais pour ton pays. Et tu veux toujours bien faire, surtout devant ton public.»

Wozniak a reconnu que le style de Cepelova l'a quelque peu déroutée en début de match.

«Ce n'était pas facile de s'ajuster à son jeu. Elle varie bien ses coups. Je ne recevais jamais la même balle.»

Déjà détentrice du record canadien de victoires en Fed Cup, Wozniak a ajouté une 31e victoire en simple et une 39e au total à son palmarès dans cette compétition.

Cepelova, âgée de 20 ans seulement, en avait gros sur le coeur après avoir laissé filer une victoire qui semblait à sa portée.

«Je voulais tellement gagner ce match. Avec mes avances aux 2e est 3e sets, j'avais mon sort entre mes mains.»

Mais la pression du moment a finalement eu raison de ses nerfs, elle qui en est seulement à une cinquième sélection pour son pays en Fed Cup comparativement à une 33e pour Wozniak.

Bouchard accrochée

Face à une joueuse classée seulement au 137e rang mondial, Bouchard a eu plus de difficulté que prévu.

«Je ne suis pas vraiment heureuse de la façon dont j'ai joué, a-t-elle reconnu. J'étais un peu lente en début de match et, au 2e set, j'ai perdu un peu ma concentration. Au moins, j'ai bien joué dans les moments importants pour finir le match.»

Elle est consciente qu'elle devra élever le niveau de son jeu pour le match contre Cepelova.

«Mon objectif, c'est de servir un peu mieux, d'être plus de constance avec ma première balle. Et quand j'ai l'opportunité de vraiment finir le point, d'être plus incisive au filet.»

Rappelons que la Slovaquie, 7e au classement ITF, est privée de ses trois meilleures joueuses puisque Dominika Cibulkova, 10e mondiale, Daniela Hantuchova, 30e, et Magdalena Rybarikova, 38e, manquent à l'appel. Cibulkova a choisi de disputer le tournoi de Kuala Lumpur, en Malaisie, et elle disputera la finale dimanche face à la Croate Donna Vekic.

INOLTRE SU HUFFPOST

Aleksandra Wozniak
15 espoirs du tennis