NOUVELLES

NBA - Play-offs: San Antonio - Miami, la revanche?

18/04/2014 05:14 EDT | Actualisé 18/06/2014 05:12 EDT

Après 82 matches de saison régulière qui ont laissé sur le carreau Lakers, Celtics et Knicks, les choses sérieuses commencent samedi en NBA avec les play-offs et San Antonio qui rêve d'effacer sa désillusion de 2013 et d'empêcher Miami de signer le triplé.

Pour la première fois dans l'histoire de la NBA, trois franchises historiques qui pèsent 35 titres, suivront les play-offs à la télévision.

Les Los Angeles Lakers, privés de Kobe Bryant, étaient soulagés d'en finir avec la pire saison de leur histoire, les New York Knicks ont échoué, malgré tous les efforts de Carmelo Anthony, à une victoire de la 8e place qualificative. Et les Boston Celtics, en pleine reconstruction, ne se faisaient guère d'illusions.

Même sans ces grands noms, les play-offs s'annoncent palpitants avec quatre équipes qui se sont détachées lors de la saison régulière:

. Miami rêve du "three-peat"

Sacré en 2012 et 2013, le Heat rêve de la passe de trois réalisée seulement cinq fois dans l'histoire de la NBA. La franchise floridienne, qui affronte Charlotte au 1er tour, peut toujours y croire, même si sa saison régulière a donné quelques signes inquiétants de fléchissement.

Emmené par LeBron James, toujours impeccable (27,1 pts, 6,4 rebonds et 6,9 passes par match), Miami a terminé à la 2e place de la conférence Est avec 54 victoires et 28 défaites. Mais le Heat, 3e meilleure attaque de la Ligue, n'est plus aussi souverain, à l'image de son "Big Three" (James-Wade-Bosh) en proie à quelques ratés.

Le Heat n'intimide plus autant ses adversaires à cause d'une défense moins physique (11e de NBA) et de nombreux ballons perdus. Tout dépendra de l'état de santé de Dwyane Wade, qui a raté neuf des douze derniers matchs de la saison régulière, et d'un banc qui commence à faire son âge (Ray Allen, Chris Andersen, Shane Battier).

. San Antonio veut sa revanche

Les Spurs assurent avoir digéré leur défaite lors des finales 2013 où ils ont cru empocher le titre lors du 6e match, avant de s'incliner en prolongation et de tout perdre lors du match décisif match abandonné 95 à 88 à Miami.

Mais l'entraîneur de San Antonio, Gregg Popovich ne manque pas de piquer au vif ses joueurs en évoquant de temps en temps ce souvenir douloureux. La méthode a marché, puisque les Spurs ont fini la saison régulière avec le meilleur bilan (62 victoires-20 défaites) et ont connu une période de grâce avec 19 victoires de suite au printemps, nouveau record dans leur histoire.

Une fois la qualification acquise, Popovich a ménagé ses stars, Tim Duncan, Tony Parker et Manu Ginobili, et a pu compter sur Kawhi Leonard, révélation de la saison du côté de San Antonio.

Les Spurs, cinq titres à leur palmarès, débutent les play-offs idéalement face à leur voisin de Dallas, dont ils sont la bête noire.

. Oklahoma City le mérite, Durant encore plus

Aucune équipe ne dépend autant de sa star qu'OKC, 2e à l'Ouest (59 V-23 d): sans Kevin Durant, le Thunder ne ferait pas partie des prétendants au titre que la franchise n'a remporté qu'une seule fois, en 1979, sous le nom des Seattle Supersonics.

A 25 ans, Durant a réussi la meilleure saison de sa carrière avec une série historique de 41 matchs de suite à plus 25 points et une moyenne de 32 points par match. Le meilleur marqueur de la saison devrait enfin recevoir le trophée de MVP, en attendant mieux ? Russell Westbrook, blessé à un genou lors des play-offs 2013 et irrégulier depuis, a sans doute la réponse. Mais attention à Memphis (7e, 50 V-32 d), qui a fini la saison sur les chapeaux de roue.

. Indiana éreinté

Pendant les quatre premiers mois de la saison, Indiana a été la meilleure équipe de NBA avec une quasi-invincibilité à domicile, avant de finir sur les rotules (six victoires en 15 matchs). Paul George, Lance Stephenson et surtout Roy Hibbert ont perdu de leur superbe. Les Pacers ont la meilleure défense de NBA mais seulement la 22e attaque. Tout semble en place pour une surprise de taille face à Atlanta.

. Chicago, Houston et les Los Angeles Clippers ont la carrure pour jouer de mauvais tour à ce quatuor de favoris.

jr/ol/cda

PLUS:hp