NOUVELLES

Un ex-VP de la FTQ-Construction témoigne en faveur de Jocelyn Dupuis

17/04/2014 12:56 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Un ancien vice-président du bureau de direction de la FTQ-Construction, Rénald Grondin, a témoigné en faveur de l'ancien directeur général du syndicat Jocelyn Dupuis, jeudi. M. Dupuis subit son procès sous des accusation de fraude et de fabrication de faux documents au palais de justice de Montréal.

M. Grondin, qui a été vice-président du bureau de direction de 2007 à 2008, a soutenu en Cour qu'il était convaincu que Jocelyn Dupuis n'a pas commis de fraude dans l'exercice de ses fonctions. M. Grondin subissait son contre-interrogatoire au troisième jour du procès de M. Dupuis.

M. Grondin estime que M. Dupuis a gonflé les factures afin de se rembourser des dépenses qu'il effectuait en argent comptant pour l'organisation d'activités syndicales. Le syndicaliste soutient que ce système était déjà en place à l'arrivée de M. Dupuis à la tête de la FTQ-Construction.

Dupuis plaide non coupable

Jocelyn Dupuis a plaidé non coupable aux accusations de fraude et de fabrication de faux documents qui pèsent contre lui. Mardi, au premier jour du procès, ce sont ses coûteux déplacements et ses somptueuses sorties aux restaurants qui ont attiré l'attention. L'ancien syndicaliste a été cité à procès après son enquête préliminaire. M. Dupuis aurait effectué des réclamations de dépenses douteuses, notamment des remboursements de restauration d'une valeur de 125 000 $.

Le procès, qui doit durer trois jours, est présidé par le juge Denis Lavergne et se déroule devant juge seul.

En 2009, l'équipe de l'émission Enquête, de Radio-Canada, avait mis au jour cette histoire présumée de fraude et de fabrication de faux documents. Les factures qui sont au coeur de cette affaire avaient été dérobées à la FTQ Construction par le syndicaliste Ken Peirera, qui les avait dévoilées. 

Arrêté et accusé en 2010, Jocelyn Dupuis ne subit son procès que cette année en raison de nombreux retards dans le dossier. La grève des procureurs, en 2011, et le retrait de l'un des avocats expliquent notamment ces retards.

Les factures douteuses de M. Dupuis ont permis à la commission Charbonneau d'établir des liens entre lui et plusieurs membres de la mafia montréalaise. Le nom des invités de M. Dupuis figurait au dos de factures des restaurants qu'il fréquentait.

Il est à noter que Jocelyn Dupuis devra subir un autre procès, cette fois pour incitation à commettre une infraction. Pour des raisons techniques, ce chef d'accusation n'a pas été inclus dans le présent procès. On s'attend à ce que cette deuxième affaire se déroule en cour cet automne.

PLUS:rc