NOUVELLES

Ukraine: l'UE accepte des discussions avec Moscou après les menaces sur le gaz

17/04/2014 07:02 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

L'Union européenne a accepté jeudi de mener des discussions avec Moscou sur la sécurité des approvisionnements en gaz, et souligné que la "fiabilité" de la Russie était en jeu après ses menaces de cesser ses fournitures.

"L'Union européenne accepte votre proposition de consultations avec la Fédération de Russie et l'Ukraine en matière de sécurité des approvisionnements en gaz et de transit", a déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso dans une lettre adressée à Vladimir Poutine.

"Il est de notre intérêt commun d'engager rapidement ces discussions incluant l'Ukraine", a-t-il ajouté, précisant qu'elles devraient "aider à éviter un scénario extrême et à garantir la sécurité des approvisionnements et du transit tout en créant les conditions pour une coopération portant notamment sur la modernisation du système ukrainien de transit du gaz".

Le 10 avril, le président russe avait menacé de cesser de livrer du gaz à l'Ukraine si ce pays ne réglait pas sa dette. Jeudi, il a annoncé que Moscou donnait un mois à l'Ukraine pour régler son différend avec Moscou sur le gaz, sous peine de passer à un système de prépaiement des livraisons.

Avant même cette annonce, M. Barroso avait souligné dans sa lettre qu'un tel "développement suscite une sérieuse préoccupation car il présente le risque d'une interruption des services dans l'Union européenne et d'autres pays".

"La fiabilité contractuelle de la Russie en tant que fournisseur de gaz est en jeu", a-t-il prévenu. "Nous vous appelons fermement à éviter de telles mesures, qui susciteraient des doutes sur votre volonté d'être considéré comme un fournisseur de gaz fiable en Europe", a-t-il insisté.

M. Poutine avait aussi proposé de mener "sans délai" des consultations "pour mettre sur pied des mesures conjointes de stabilisation de l'économie de l'Ukraine et pour assurer les livraisons et le transit du gaz russe dans le strict respect des conditions contractuelles".

M. Barroso indique que le commissaire européen à l'Energie, Günther Oettinger, "est prêt" à rencontrer "immédiatement" ses homologues russes et ukrainiens pour discuter toutes les questions liées aux approvisionnements de gaz en Europe.

Le président russe avait adressé sa lettre à 18 dirigeants européens, dont 13 d'Etats membres de l'UE, parmi lesquels l'Allemagne, la France et l'Italie. M. Barroso indique qu'il a été mandaté pour répondre "au nom de l'Union européenne et de l'ensemble des 28 Etats membres".

Soulignant que l'approvisionnement de l'UE et de l'Ukraine sont "étroitement liés", M. Barroso se dit "prêt à discuter avec toutes les parties concernées de la manière dont les obligations contractuelles doivent être honorées sur la base des prix du marché, des règles internationales", ainsi que de la "manière de s'assurer que le transit à travers l'Ukraine, le stockage du gaz en Ukraine et l'approvisionnement de l'Ukraine sont faits de manière transparente et fiable".

Le réseau de gazoducs ukrainiens assure le transit de 65 des 133 milliards de m3 de gaz achetés par les pays de l'UE, dont les achats à la Russie couvrent 25% des besoins, selon les données de la Commission européenne pour 2013.

jlb/cb/ia

PLUS:hp