NOUVELLES

Syrie: assaut rebelle sur une caserne clé à Alep

17/04/2014 10:28 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Les rebelles syriens ont lancé jeudi un assaut à Alep (nord) sur l'une des plus importantes casernes du pays, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les rebelles, dont des combattants du Front Al-Nosra (reconnue comme la branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie) et du Front islamique, ont lancé un assaut aujourd'hui à l'aube sur la caserne de Hanano à Alep", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Les combats se poursuivent", a-t-il dit.

La télévision syrienne a rapporté de son côté que l'armée avait "mis en échec une tentative des bandes terroristes de s'infiltrer dans la caserne" et tué de nombreux rebelles.

Dans le langage du régime, "terroriste" désigne l'ensemble de l'opposition et des rebelles.

D'après M. Abdel Rahmane, il s'agit de l'une des plus importantes casernes de l'armée loyaliste sur l'ensemble du territoire syrien.

"Son importance stratégique est due au fait qu'elle se situe sur une hauteur qui surplombe les quartiers nord d'Alep", deuxième grande ville du pays et surplombe également "la principale route d'approvisionnement des rebelles à partir du nord de la province d'Alep".

Elle est située à un kilomètre de la citadelle d'Alep, dans le centre historique de la ville.

L'opération a commencé lorsque "les rebelles ont fait exploser des tunnels qu'ils avaient creusé sous des positions de l'armée aux alentours de la caserne", a indiqué M. Abdel Rahmane.

La télévision d'Etat a également rapporté que les rebelles "avaient fait exploser trois tunnels aux alentours de la caserne".

Les rebelles avaient déjà tenté en septembre 2012 de prendre la caserne mais leur assaut avait été repoussé par les forces gouvernementales.

Depuis l'été 2012, les combats font rage à Alep, ex-capitale économique, et aucune partie n'arrive à prendre le dessus. Les secteurs ouest sont globalement aux mains du régime tandis que les quartiers est sont contrôlés par les rebelles et sont bombardés quotidiennement par les hélicoptères de l'armée qui lâchent des barils d'explosifs, au prix de centaines de morts depuis des mois. Les insurgés, eux, lancent des roquettes sur les secteurs pro-régime.

kam/ram/cbo

PLUS:hp