NOUVELLES

Soudan du Sud: L'ONU préoccupée par la reprise des combats

17/04/2014 04:02 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Les Nations unies ont indiqué jeudi être "gravement préoccupées" par les violents combats dans l'Etat pétrolier d'Unité, dans le nord du Soudan du Sud, où les rebelles ont capturé la ville de Bentiu lors d'une nouvelle offensive.

Le conflit mettant aux prises les troupes fidèles au président Salva Kiir et les rebelles de l'ancien vice-président Riek Machar est entré dans son cinquième mois et le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde mercredi contre un risque de famine alors que les combats connaissent une recrudescence.

Des soldats de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) patrouillant dans Bentiu, prise mardi par les rebelles, ont indiqué avoir vu entre 35 et 40 corps sur le bord de la route, la majorité portant un uniforme militaire.

"La Minuss condamne fermement le retour des affrontements", a indiqué la mission dans un communiqué, qualifiant les combats de "sérieuses violations" d'un cessez-le-feu signé en janvier mais que chaque camp accuse régulièrement l'autre de violer.

"Les combats ne vont qu'aggraver une situation déjà désastreuse", ajoute le communiqué.

La chute de Bentiu, située dans une des régions les plus férocement disputées, en fait la première ville d'importance à être reprise par les rebelles de M. Machar depuis qu'une offensive gouvernementale les avait chassés au début de l'année de villes significatives. L'armée a reconnu la perte de Bentiu et dit préparer une contre-offensive.

M. Machar a déclaré lundi à l'AFP que ses forces allaient viser la capitale Juba et des champs pétroliers clés et que la guerre civile ne s'arrêterait pas tant que le président Kiir, son rival politique qui l'a limogé en juillet 2013, serait au pouvoir.

Le conflit a éclaté le 15 décembre dans la capitale Juba, avant de rapidement s'étendre à d'autres régions du pays, en particulier les Etats du Haut-Nil (nord-est), d'Unité (nord) et du Jonglei (est).

Les affrontements, qui ont fait des milliers de morts et près de 900.000 déplacés, dont 12.000 ayant trouvé refuge dans la base de l'ONU à Bentiu, ont pris une dimension ethnique opposant Dinka de Salva Kiir et Nuer de Riek Machar.

str-pjm/eln/jlb

PLUS:hp