NOUVELLES

Le pouvoir ukrainien doit accepter le "dialogue", sinon c'est le "gouffre" (Poutine)

17/04/2014 05:01 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la seule issue en Ukraine était le "dialogue" et non le recours à la force qui mène le pays vers le "gouffre", lors de sa séance de questions-réponses télévisées jeudi.

"Ce n'est que par le dialogue, lors de procédures démocratiques, et non en utilisant les forces armées, les tanks et l'aviation que l'on peut mettre de l'ordre dans le pays", a déclaré M. Poutine.

"En lieu et place du dialogue ils ont commencé à menacer encore plus et ont lancé contre la population civile les tanks et l'aviation. C'est encore un crime grave de ceux qui sont au pouvoir à Kiev", a-t-il ajouté.

Il a évoqué les pourparlers quadripartites (Ukraine-Russie-UE-USA) organisés jeudi à Genève.

"J'estime très important le début des pourparlers aujourd'hui, parce qu'à mon avis il est très important aujourd'hui de réfléchir ensemble à une issue à la crise, de proposer un vrai dialogue", a-t-il déclaré.

"J'espère que l'on va arriver à comprendre vers quel gouffre se dirige le pouvoir de Kiev et qu'il y entraîne le pays avec lui", a-t-il déclaré.

Quant aux affirmations sur l'implication de forces russes dans les troubles, "tout cela n'est que foutaises", a-t-il dit.

"Il n'y a pas dans l'est de l'Ukraine d'unité russes. Ni de services spéciaux, ni d'instructeurs. Ce sont tous des habitants locaux", a-t-il déclaré.

Il a toutefois reconnu pour la première fois, un peu plus tard, que des forces armées russes étaient bien présentes en Crimée lors du référendum en mars qui a permis le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.

"Derrière les forces d'auto-défense de Crimée, bien sûr, se trouvaient nos militaires. Ils se sont comportés de manière très correcte", a-t-il déclaré. "Il fallait protéger les gens", a-t-il ajouté.

bur-lpt/lap/ml

PLUS:hp