NOUVELLES

Le chef de la diplomatie japonaise reporte une visite à Moscou pour des "questions d'agenda"

17/04/2014 07:04 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Le ministre japonais des affaires étrangères a reporté une visite qu'il devait effectuer ce mois-ci en Russie, officiellement pour des "questions d'agenda", a annoncé la chancellerie nippone jeudi.

Le ministère n'a pas donné de nouvelle date pour le déplacement de Fumio Kishida, qui devait participer à un comité bilatéral sur le commerce et les questions économiques avec le premier vice-premier ministre Igor Shuvalov.

Membre du G-7 et principal allié des Etats-Unis dans la région, le Japon se trouve depuis plusieurs semaines dans un dilemme ennuyeux, car le gouvernement nippon fait tout depuis l'arrivée de Shinzo Abe au pouvoir pour resserrer les liens avec Moscou, qui est l'un des principaux fournisseurs de gaz de l'archipel (environ 10%), et constitue également dans l'optique japonaise une enjeu important face à la Chine avec laquelle Tokyo entretient des relations exécrables et tendues depuis l'automne 2012.

Ainsi, depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2012, Shinzo Abe a rencontré le Président Vladimir Poutine cinq fois. Il s'est notamment rendu à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver à Sotchi, en marge de laquelle il s'est entretenu une nouvelle fois avec le maître du Kremlin.

Au-delà des intérêts purement économiques, Tokyo espère aussi, en se rapprochant de la Russie, arriver finalement à résoudre un conflit territorial, celui des îles Kouriles, qui a empêché les deux pays de conclure jusqu'à aujourd'hui un traité de paix depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

Mais en raison de la crise ukrainienne et de l'affaire de Crimée, le Japon s'est aligné sur ses alliés américain et occidentaux pour condamner l'action de Moscou.

Qui plus est, le président Barack Obama est attendu à Tokyo pour une visite d'état dans une semaine

hih/jlh/ros

PLUS:hp