NOUVELLES

Iran: des artistes mobilisés pour sauver une femme de la pendaison

17/04/2014 08:52 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Des artistes iraniens se sont mobilisés pour tenter d'épargner la pendaison à une Iranienne condamnée à mort pour meurtre, a déclaré son avocat Abdolsamad Khoramshahi, cité jeudi par l'agence Isna.

Reyhaneh Jabbari a été condamnée à mort pour le meurtre de Morteza Abdolali Sarbandi, un ancien employé du ministère des Renseignements, même si un expert de l'ONU a évoqué une possible légitime défense.

Des artistes "tentent de sauver Reyhaneh de la potence et j'espère que cela aboutira", a déclaré M. Khoramshahi en citant les acteurs Reza Kianian, Bahareh Rahnema et Roya Teymourian et les réalisateurs Asghar Farhadi et Rakhshan Bani-Etemad.

Selon la charia (loi islamique), un condamné à mort pour meurtre peut échapper à l'exécution et purger une peine de prison si la famille de sa victime lui pardonne après avoir reçu le "prix du sang", fixé cette année à 1,5 milliards de rials (50.000 dollars).

"Nous espérons avoir une deuxième réunion d'entente avec la famille de la victime", a déclaré M. Khoramshahi, démentant les informations de presse selon lesquelles Mme Jabbari a été placée à l'"isolement" en préparation de son exécution.

Lundi à Genève, Ahmed Shaheed, l'expert spécial de l'ONU sur l'Iran a exhorté Téhéran à organiser un nouveau procès "en s'assurant que les droits de la défense seront garantis", s'inquiétant des conditions de l'interrogatoire de Mme Jabbari et de la réticence de la cour à prendre en compte des éléments à décharge.

"Selon des sources fiables" citées par M. Shaheed, M. Sarbandi a proposé à Mme Jabbari de refaire son bureau en juillet 2007 et l'a emmenée chez lui, où il l'a agressée physiquement et sexuellement. Pour se défendre, elle l'a poignardé avant de s'enfuir et d'appeler une ambulance.

Plus de 170 personnes, y compris au moins deux femmes, ont été exécutées depuis le début de l'année en Iran.

sgh/fcc

PLUS:hp