NOUVELLES

GB: une oeuvre de Banksy dérobée remise au musée de Bristol

17/04/2014 01:52 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Une association de sportifs endettée, qui avait dérobé mardi une oeuvre de l'artiste de rue Banksy dessinée sur une porte à Bristol, l'a finalement remise au musée de la ville qui l'expose depuis jeudi.

Dennis Stinchcombe, le directeur de l'association sportive "Broad Plains Boys Club", avait repéré "Mobile Lovers" lundi et décidé de l'exposer dans les locaux du club, invitant le public à venir l'admirer et éventuellement laisser un don.

A terme, il avait prévu de vendre l'oeuvre, représentant un couple d'amoureux enlacé tenant chacun un téléphone portable à la main, afin de renflouer les caisses de l'association endettée à hauteur de 120.000 livres (145.000 euros).

Mais après discussion avec la police locale, il a décidé de remettre l'oeuvre à la mairie de Bristol.

"Je suis ravi, Dennis est quelqu'un de bien, il avait un choix difficile à faire", a déclaré George Ferguson, le maire de cette ville de l'ouest de l'Angleterre.

"Il n'y a personne de mal intentionné dans cette histoire, nous avons simplement besoin de temps pour établir à qui appartient l'oeuvre et qu'elles pourraient être les intentions de Banksy", a-t-il ajouté.

Mercredi, l'artiste originaire de Bristol avait publié sur son site une photo de l'oeuvre peinte sur une porte en bois condamnée, attestant ainsi en être l'auteur.

Le vol des oeuvres de Banksy est presque devenu une habitude. Au total, onze peintures de l'artiste ont été dérobées puis revendues sur le marché de l'art.

Le 18 février dernier, "Kissing Coppers" avait été vendu aux États-Unis pour 575.000 dollars (418.000 euros).

Le pochoir mural en noir et blanc représentant deux policiers britanniques échangeant un baiser se trouvait depuis 2005 sur la façade d'un pub de Brighton, dans le sud de l'Angleterre.

Banksy a acquis une renommée mondiale avec ses graffitis qui ont fleuri sur les murs londoniens au fil des ans. Certains ont été achetés par des célébrités comme l'actrice américaine Angelina Jolie, pour des milliers de livres.

sds/plh

PLUS:hp