NOUVELLES

Ukraine: l'Otan renforce la défense air-mer-terre en Europe orientale (Rasmussen)

16/04/2014 07:18 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

L'Otan a annoncé mercredi un renforcement des mesures de défense aérienne, maritime et terrestre de ses pays membres d'Europe orientale, comme les pays Baltes et la Pologne, en réaction à l'évolution de la crise en Ukraine.

"Nous allons avoir plus d'avions dans le ciel, plus de navires en mer et la préparation des forces terrestres sera renforcée", a déclaré le secrétaire général de l'Alliance, Anders Fogh Rasmussen, à l'issue d'une réunion des ambassadeurs à Bruxelles.

Le renforcement des mesures de "défense collective" avait été demandé par les 28 pays membres après le rattachement de la Crimée à la Russie et l'aggravation de la crise dans l'est de l'Ukraine.

"Le rôle central de l'Otan est de protéger et de défendre nos Alliés. Nous avons déjà pris une série de mesures, notamment le renforcement des missions de police de l'air dans les pays Baltes et des vols de surveillance d'Awacs au dessus de la Pologne et de la Roumanie", a déclaré M. Rasmussen.

"Aujourd'hui, nous avons convenu de nouvelles mesures militaires pour renforcer notre défense collective et démontrer la solidité de la solidarité des Alliés", a-t-il ajouté.

M. Rasmussen n'a pas cité les pays concernés par ces mesures mais a annoncé, à titre d'exemples, une multiplication des sorties des avions au dessus des pays Baltes et le déploiement de navires dans la Baltique et la Méditerranée orientale. "Nos plans de défense seront revus et renforcés", a-t-il précisé.

Ces mesures, qui "sont totalement conformes à nos engagements internationaux", entreront en vigueur immédiatement, a souligné M. Rasmussen. "D'autres suivront, si nécessaires, dans les semaines et les mois à venir".

M. Rasmussen a répété que, pour les pays de l'Otan, "la seule voie possible" à la crise était "une solution politique". L'Otan "soutient" la réunion qui doit se tenir jeudi à Genève entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne, ainsi que "tous les efforts de la communauté internationale pour trouver une solution politique", a-t-il dit.

jri/jlb/ros

PLUS:hp