NOUVELLES

Ukraine: la FIJ s'inquiète des violences contre les journalistes

16/04/2014 05:26 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a alerté mercredi sur l'aggravation des conditions de travail des médias couvrant la crise en Ukraine, victimes d'actes de violences ou d'intimidation.

"Nous continuons à être fortement préoccupés par la violence contre les journalistes et les médias couvrant les événements en Ukraine", a déclaré Jim Boumelha, le président de la FIJ, basée à Bruxelles. "Nous demandons à toutes les parties de respecter la liberté de mouvement et les droits de tous les journalistes", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Citant des informations de presse, la FIJ déplore l'interdiction d'entrée en Ukraine de plus de 20 journalistes et équipes de médias russes, dont l'agence Ria Novosti, les chaînes Russia et Russia Today et le quotidien Kommersant, ces derniers jours.

Par ailleurs, une équipe de la BBC a été menacée et ses équipements endommagés samedi par un groupe pro-russe à Slaviansk, une ville de l'est de l'Ukraine où la situation s'est tendue ces derniers jours. Mardi, des hommes cagoulés ont attaqué le photographe indépendant britannique Frederick Paxton et confisqué son matériel à Horlivka, selon la FIJ.

L'organisation cite aussi les cas de journalistes du site indépendant ukrainien Hromadske TV, et du site russe Lenta qui ont été brièvement détenus par des hommes armés samedi.

Au moins sept hommes cagoulés ont par ailleurs effectué une opération coup de poing contre les locaux que se partagent le site d'information indépendant Gorlovka et le journal Kriminal Ekspress à Horlivka.

La FIJ, qui affirme représenter 600.000 journalistes de plus de 100 pays, rappelle que la justice ukrainienne avait interdit le 25 mars la diffusion des chaînes de télévision russes, accusées par le pouvoir à Kiev d'alimenter le séparatisme.

Moscou et Kiev s'accusent mutuellement de couvrir les événements en Ukraine de manière biaisée.

jri/jlb/fw

PLUS:hp