NOUVELLES

L'ex-sénateur italien Dell'Utri hospitalisé à Beyrouth

16/04/2014 12:28 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

L'ex-sénateur italien Marcello Dell'Utri, ami de Silvio Berlusconi arrêté au Liban alors qu'il était en fuite sous le coup d'une condamnation pour complicité avec la mafia, a été hospitalisé mercredi à Beyrouth, a affirmé à l'AFP son avocat.

"Il a été transféré aujourd'hui à l'hôpital Hayat,sur ordre du procureur, car il souffre de problèmes cardiaques. Il est sous contrôle de la police libanaise", a déclaré Me Nasser al-Khalil.

"Je ne peux rien vous dire de plus sur le dossier avant 48 heures", a-t-il ajouté. L'hôpital Hayat se trouve à l'entrée sud-est de Beyrouth.

Une source judiciaire haut placée a confirmé à l'AFP que l'ancien sénateur, âgé de 72 ans, avait été transféré "dans un hôpital en raison de sa santé", et précisé que le Liban n'avait reçu aucune requête de l'Italie concernant son extradition.

Marcello Dell'Utri, cofondateur en 1994 du parti de M. Berlusconi, avait été arrêté samedi dans un luxueux hôtel de Beyrouth. Le ministre italien de l'Intérieur, Angelino Alfano, avait annoncé lui-même cette arrestation en assurant que l'Italie allait demander son extradition.

La veille de son arrestation, en vertu d'un mandat d'arrêt international à la suite d'une demande du tribunal de Palerme, il avait fait diffuser un communiqué où il niait vouloir se soustraire à la justice et être "à l'étranger pour une période de soins et de repos".

L'ex-sénateur a été condamné en mars 2013 à 7 ans de prison pour avoir, selon la cour d'appel de Palerme, servi de "médiateur dans le pacte entre Silvio Berlusconi et la mafia" en vertu duquel cette dernière avait assuré la protection du Cavaliere entre 1974 et 1992, contre espèces sonnantes et trébuchantes.

La cour de Cassation, qui devait signifier mardi à M. Dell'Utri si cette condamnation était définitive, a reporté l'annonce de sa décision au 9 mai. Parallèlement les avocats de l'ancien sénateur ont déposé mardi un recours contre la demande d'arrestation lancée par le tribunal de Palerme, sur lequel un tribunal doit se prononcer dans les 10 jours.

kam-sk/fcc

PLUS:hp